CLD des Chenaux: l'accent sur l'entrepreneuriat

Lorsqu'il résume son plan d'action 2011 récemment adopté par les maires de la MRC, le directeur général du CLD des Chenaux, Jean Breton, est on ne peut plus clair: faire plus et mieux.
«On veut effectuer un virage économique et faire plus d'affaires avec les entreprises. Nous allons réviser nos méthodes de travail, améliorer les services d'accompagnement et l'accessibilité au financement», résume-t-il.
Ce dernier compte poursuivre le travail en cours avant son arrivée, mais avec quelques variantes, entre autres en ayant recours à du financement provenant de l'extérieur du CLD.
M. Breton donne l'exemple la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs, jamais utilisée dans la MRC des Chenaux. Même approche en économie sociale où on compte désormais faire appel à la Caisse d'économie solidaire de Desjardins et à la Fiducie du chantier d'économie sociale.
«C'est du capital patient, alors c'est intéressant et ça permet de diversifier le financement des projets», explique M. Breton.
Récemment déposé, ce plan d'action ne multiplie pas les objectifs. Il se contente de quatre axes de développement: soutenir le développement de la culture entrepreneuriale, le développement des entreprises de la MRC des Chenaux, le développement touristique et de l'agrotourisme et enfin, organiser les services à la clientèle du CLD suivant les nouvelles exigences gouvernementales.
Enfin, le CLD apportera également son soutien au développement social et communautaire, un volet dans lequel il est déjà présent.
Chaque axe de développement poursuit plusieurs objectifs. Notons entre autres le projet de recenser les organisations qui s'impliquent dans le développement de la culture entrepreneuriale dans la MRC des Chenaux, la création de groupes de travail sur ce thème, le soutien des entreprises dans la diversification de leur marché, la création d'un plan directeur de développement récréotouristique hivernal et l'implication du CLD dans le Web 2.0 (Blogue Mauricie, Facebook, Twitter, etc) et le transfert de connaissances vers les entrepreneurs.
«Bref, ce sont des choses basées sur mon expérience et qu'on voit aussi ailleurs», conclut le nouveau directeur qui n'a pas l'intention de réinventer la roue.