Johanne Frigon

CHSLD: lancement d'une pétition électronique nationale

Il y aura finalement une pétition nationale électronique afin de dénoncer les différents problèmes auxquels sont confrontés les préposés aux bénéficiaires dans les soins prodigués aux aînés.
Bien que la pétition de 412 noms amorcée par Yves Donaldson eut été refusée à l'Assemblée nationale lors de la rentrée parlementaire - puisqu'elle comptait un trop grand nombre de mots - deux autres préposées aux bénéficiaires ont décidé de poursuivre des démarches avec l'appui du Parti québécois et de la députée Carole Poirier, porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés.
Avec le soutien de la Fédération professionnelle des préposés aux bénéficiaires du Québec, Johanne Frigon, de Trois-Rivières, et Camille Martin, de Québec, ont donc officiellement lancé la pétition Soins dispensés aux aînés en ligne au www.fpbq.com. Les signatures seront recueillies jusqu'au 25 novembre.
Dans le texte de pétition, on souhaite, entre autres, «la mise en place d'une réorganisation des tâches et de la main-d'oeuvre afin d'assurer à nos aînés des soins en lien avec leurs besoins, d'une formation universelle et continue».
Contrairement au document de M. Donaldson, cette pétition ne ciblera pas uniquement les centres d'hébergement de soins de longue durée, mais également les établissements privés et ressources intermédiaires.
Mme Frigon avait vivement dénoncé la qualité des soins dans les CHSLD en raison du manque de personnel, dans un cri du coeur lancé au début du mois d'août.
«Avec une pétition en ligne, ça va être plus pesant que juste deux personnes (elle et Mme Martin)», souhaite la préposée aux bénéficiaires du centre Saint-Joseph, tout en espérant «que le plus de monde la signe».
Par ailleurs, les deux préposées à l'origine de cette pétition sont présentement en attente d'une réponse de la FADOQ afin d'obtenir son appui dans le dossier.
D'autre part, au cours des prochains jours, Mme Frigon distribuera également une version papier de la pétition à différents endroits de Trois-Rivières dans le but de recueillir le plus grand nombre de signatures possible.