Le conseil d'administration du Centre de santé et des services sociaux de Trois-Rivières demande au ministre de la Santé et des Services sociaux de surseoir au scénario proposé dans le cadre de la démarche Optilab.

CHRTR: le CA demande à Québec de faire marche arrière

Le conseil d'administration du Centre de santé et des services sociaux de Trois-Rivières a pris position mardi soir dernier et demande au ministre de la Santé et des Services sociaux de surseoir au scénario proposé dans le cadre de la démarche Optilab, soit de transférer vers Sherbrooke la gestion et certaines activités de laboratoire des CSSS de Drummond et d'Arthabaska-et-de-l'Érable.
Le comité exécutif du conseil des médecins dentistes et pharmaciens de l'établissement a adopté une résolution similaire. Le conseil d'administration estime que transférer les activités de laboratoire s'explique difficilement, puisque les laboratoires du CSSS de Trois-Rivières sont parmi les plus performants au Québec.
Il rappelle aussi les investissements «majeurs» depuis 10 ans, pour assurer l'intégration des systèmes informatiques des établissements. On note par ailleurs que la hiérarchisation des analyses recherchée par la démarche Optilab est pratiquement réalisée dans la région.
On rappelle enfin que la direction de l'établissement a obtenu l'assurance d'une rencontre avec le ministre Blanchet dans les prochains jours et que les discussions se poursuivent avec le ministre de la Santé, Réjean Hébert, dans le même objectif. Aucun autre commentaire ne sera fait d'ici là.