Jean-Philippe Le Guellec

Chapeau!

Même s'il n'a pas gagné de médailles, Jean-Philippe Le Guellec démontre toute l'étendue de son talent à Sotchi.
Le Québécois me surprend: il a réussi deux top-10 en quatre courses, même qu'on y a cru pendant plusieurs minutes lors de ces deux compétitions. Hier, il s'est classé au dixième rang du 15 km départ groupé et se retrouvait en deuxième place à la suite du deuxième tir. Pendant toute la course, il a été en mesure de se tenir parmi les meneurs. Malheureusement, une pénalité sur le dernier tir l'a ramené un peu loin derrière, mais on ne doit pas oublier la majeure partie de la compétition, celle au cours de laquelle il skiait avec les prétendants.
Son coéquipier Brendan Green, tout juste devant lui au fil d'arrivée, revient de loin. Au top de sa carrière il y a deux ans, Brendan a subi une blessure et a entrepris une longue réhabilitation. Sa neuvième place, hier, illustre à quel point il est un athlète hors pair.
Pour revenir à J.-P., on doit également souligner son cinquième rang au 10 km sprint, quelques heures après l'ouverture officielle des Jeux. Son meilleur résultat aux Olympiques avait été sixième à Vancouver, aussi au sprint. Il s'est démarqué aux tirs couchés, faisant figure de meilleur biathlonien de tout le groupe. Ça ne s'est pas passé comme il l'aurait souhaité aux tirs debout et la victoire s'est jouée au ski de fond: les autres étaient plus rapides.
N'eût été d'un bris (problème de ski), Jean-Philippe avait également de bonnes chances de podium au 12,5 km poursuite. Il avait pris le premier rang grâce à ses aptitudes au tir, mais a chuté dans un virage, entraînant plusieurs compétiteurs avec lui.
Dans le volet masculin chez lez Canadiens, il a été sans contredit le meilleur dans les compétitions individuelles. Il lui restera désormais à attaquer le 4 x 7,5 km de samedi. Tous les espoirs sont permis!
Rapidement, plusieurs autres de nos représentants méritent une mention d'honneur. Megan Imrie est devenue la première Canadienne à faire le départ de masse aux Olympiques, tandis que Nathan Smith frôle souvent le top-10.
Les médailles d'or de Myriam Bédard peuvent paraître loin aux yeux de plusieurs, mais la relève est bien présente en biathlon au Canada. Notre équipe n'a jamais été aussi forte, c'est de bon augure pour 2018.
Propos recueillis par
Louis-Simon Gauthier