Patrick Chan a perdu l'équilibre à la réception de deux sauts durant son programme libre.

Chan n'a pas à rougir

Patrick Chan avait la médaille d'or au bout des doigts avant de s'élancer pour son programme long. Malheureusement pour lui, il l'a échappée. Tout de même, le Canadien n'a pas à avoir honte de sa performance.
Le patineur artistique l'avouera probablement, il n'a pas connu la performance de sa vie, particulièrement après avoir vu le meneur de la compétition, Yuzuru Hanyu, connaître une difficile sortie lors de son programme long.
La pression semble avoir eu raison de Chan, qui a commis quelques erreurs qui lui ont coûté les cinq points qui l'auraient fait grimper sur la plus haute marche du podium. Il n'a pas été le seul à rater l'occasion d'améliorer son sort, puisque peu de ses adversaires ont été spectaculaires lors de ce programme long. Habituellement, il faut une performance exceptionnelle pour remporter l'or. Ça n'a pas été le cas à Sotchi.
Dans les heures qui ont suivi la compétition, plusieurs personnes ont été dures envers le patineur de 23 ans, l'accusant d'avoir choké. Il s'agit, à mon avis, de commentaires inappropriés. Il n'a pas terminé cinquième comme à Vancouver en 2010, mais bien deuxième, un résultat plus qu'honorable.
Après sa performance, nous avons vu Chan s'adresser à la caméra et dire qu'il s'excusait aux Canadiens de ne pas avoir gagné l'or. Il n'a pas à s'excuser, on ne rougit pas lorsqu'on remporte l'argent.
Si sa performance en équipe avait laissé plusieurs personnes sur leur appétit, je crois qu'il a remis les pendules à l'heure en solo.
Le plus décevant de la performance de Chan est qu'il avait très bien amorcé celle-ci. Lorsque je l'ai vu y aller d'une combinaison quadruple boucle piquée-triple boucle piquée, je me suis dit que ça y était. Ça s'est toutefois gâté par la suite et lorsqu'il a raté son triple axel, sa bête noire depuis le début de la saison, on pouvait se douter que c'en était fait des chances de médaille d'or.
Propos recueillis par Nicolas Ducharme