Des centaines de personnes ont assisté à l'étape trifluvienne du Championnat mondial des conducteurs, mercredi à l'Hippodrome 3R.

Championnat mondial des conducteurs: l'hippodrome 3R s'internationalise

Les gradins de l'Hippodrome 3R étaient bien garnis, mercredi soir, pour la quatrième manche de cinq du Championnat mondial des conducteurs, un tournoi prisé regroupant quelques uns des meilleurs conducteurs de la planète et qui attire l'attention du monde des courses attelées.
Au total, dix pays étaient représentés du côté de Trois-Rivières. Au terme des huit courses au programme, le Canadien James Macdonald a pris la tête du classement devant le Finlandais Mika Forss et l'Américain Marcus Miller. Les conducteurs ont amorcé cet important tournoi samedi, à Calgary, avant de se rendre en Ontario lundi et mardi. Après leur courte escale à l'Hippodrome 3R, ils prendront la route de l'Île-du-Prince-Édouard samedi, où l'on couronnera le gagnant de ce Mondial.
Le président du Club jockey du Québec, Claude Lévesque, avait le sourire facile avant le début des courses, pendant que des centaines de personnes gagnaient leur siège. Il n'y a pas à dire, cet événement d'envergure internationale piquait la curiosité des amateurs, et ce en dépit d'un horaire peu conventionnel. Normalement, les courses à l'Hippodrome 3R se déroulent les mardis en soirée de même que les dimanches en début après-midi.
«C'est merveilleux de voir autant de conducteurs de divers pays réunis à Trois-Rivières, s'enthousiasmait l'homme d'affaires. Certains d'entre eux ont collecté des bourses de plusieurs dizaines de millions de dollars en carrière.»
Deux Néo-Zélandais, un Belge, un Suédois, un Norvégien, un Autrichien ainsi qu'un Maltais composaient le reste du peloton mercredi. En tout, 11 conducteurs ont pris d'assaut la piste. La grande majorité n'avait jamais couru en Mauricie auparavant. Or, il s'agit d'une grande adaptation, surtout pour les conducteurs en provenance d'autres continents. Les tracés, les distances et les pelotons sont différents et ils doivent, de plus, apprivoiser des ambleurs qu'ils n'ont jamais vus. 
Au final, les parieurs ont eu droit à un spectacle de qualité. Lors de la septième course, le Finlandais Forss a vu son siège se détacher de son sulky dans le dernier virage avant l'arrivée. Il volait pratiquement au-dessus de son siège! Il a remporté cette épreuve par quelques centimètres à peine. Les hymnes nationaux de ces pays ont ainsi résonné dans les haut-parleurs de l'hippodrome. Une rare occasion d'entendre ceux de la Finlande et de Malte à Trois-Rivières...
Deux raisons de célébrer
Le Canada organise le Championnat mondial des conducteurs 2017 pour deux raisons: le 150e anniversaire de la Confédération, mais aussi le 250e de ce qui serait, selon certains observateurs, la toute première course de chevaux de l'histoire à se dérouler sur le territoire canadien. Celle-ci aurait eu lieu le 1er juillet 1767, sur les Plaines d'Abraham. À l'époque, une jument répondant au nom de Modesty avait gagné pour toucher une bourse de 40 $, remise à son propriétaire, un dénommé capitaine Prescott.
Les hippodromes au pays ont donc demandé l'autorisation d'organiser l'événement, ce qui leur fut autorisé. En temps normal, c'est la Suède qui aurait dû accueillir cette classique. Elle le fera dans deux ans.
Et maintenant, le Prix d'été
Les amateurs de courses seront comblés puisque pour une deuxième fois en quatre jours, l'Hippodrome 3R sera l'hôte d'un deuxième événement majeur soit le Prix d'Été 2017. Il s'agit de la quatrième édition de ce tournoi très prisé. Vingt-huit candidats auraient déjà payé leurs frais de soutien jusqu'à présent. Les bourses devraient atteindre plus de 200 000 $.
À noter que contrairement aux années antérieures, le tournoi se mettra en branle à 14 h 30 et non à 13 h. «Cette année, nos courses seront diffusées en Europe ainsi qu'en Australie, c'est pourquoi nous changeons la case horaire», explique Claude Lévesque, avec une pointe de fierté bien sentie.