Nadia Ghazzali, rectrice de l'UQTR.

«C'est impossible de couper 5 millions $»

La rectrice de l'UQTR, Nadia Ghazzali, a fait part de sa vive inquiétude face aux compressions de 127,3 millions $ imposées par Québec d'ici le 31 mars dans les universités du Québec.
Pour l'UQTR, cela représente 5,2 % de la subvention de fonctionnement de 97 millions $ donnée par le ministère de l'Enseignement supérieur, c'est-à-dire 5 millions $.
«La situation est fort préoccupante, très inquiétante», a déclaré Mme Gazzhali, ce matin, lors d'un point de presse.
D'autant plus inquiétant que l'UQTR vient de présenter un dossier déficitaire de 1,2 million $ accompagné d'un plan de redressement, comme l'exige le gouvernement en pareil cas.
Le budget a été adopté il y a à peine quelques jours par le conseil d'administration et voici qu'il faut tout revoir pour en éliminer 5 millions $ d'ici quatre mois.
La rectrice explique que l'exercice sera tenté, mais «est-ce que je vais y arriver? Je ne pense pas. C'est impossible de couper 5 millions $», dit-elle, surtout en si peu de temps.
La rectrice prévoit que tout ceci viendra tout simplement engraisser le déficit. «Mais on ne sera pas les seuls, je vous assure. Toutes les universités auront un déficit», prévoit-elle.
Tous les détails dans Le Nouvelliste de samedi.