Donald Martel estime que Québec abandonne le développement économique régional.

Centre d'expertise en ingénierie: «Le dossier n'est pas mort»

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, se dit heureux d'avoir obtenu hier l'assentiment de l'Assemblée nationale pour le dépôt d'une motion qui vise à presser Hydro-Québec de maintenir en permanence une équipe technique spécialisée dans la région de Bécancour.
«Je suis vraiment content. Ça prouve que ce dossier-là n'est pas mort», a-t-il commenté à chaud. La mise en place de cette équipe aurait notamment pour effet de maintenir dans la région un bon nombre d'emplois à salaire élevé, dont un groupe d'ingénieurs qui n'ont toujours pas été délocalisés depuis la fermeture de la centrale.
En faisant cette demande, réitérée à plusieurs reprises à Hydro-Québec, le député caquiste espère atténuer les effets de la fermeture de la centrale Gentilly-2, qui a entraîné la perte brutale de 800 emplois dans la région.
Le représentant de la CAQ souhaite maintenant que l'adoption de cette motion unanime fera bouger Hydro-Québec.
«Ça me donne des arguments pour rencontrer les gens d'Hydro-Québec. Il faut qu'ils respectent la volonté de l'Assemblée nationale», soutient M. Martel.
Celui-ci mise également sur l'arrivée d'une nouvelle équipe à la direction de la société d'État pour une plus grande ouverture que l'administration sortante de Thierry Vandal.
Soulignant l'appui du ministre libéral de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, le député Martel souhaite «sincèrement» que les intervenants des deux rives soient derrière lui pour cette nouvelle démarche.
Voici le texte intégral de la motion qu'il a déposée: «Que l'Assemblée nationale réitère la pertinence et l'importance de la recommandation numéro 8 adoptée à l'unanimité par la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles à la suite des consultations particulières tenues en janvier 2013 sur les impacts reliés au déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2 et sur le plan de diversification économique pour les secteurs du Centre-du-Québec et de la Mauricie».
«Qu'elle presse Hydro-Québec de donner suite à cette recommandation en maintenant en permanence dans la région une équipe technique spécialisée qui sera affectée au démantèlement et en s'assurant que, une fois son travail terminé à la centrale, cette équipe pourra remplir d'autres mandats reliés à son champ de compétence et ainsi permettre de maintenir des emplois de qualité dans la région».
marc.rochette@lenouvelliste.qc.ca