Les résidents de Mattawin dénoncent qu'une vingtaine de kilomètres de la route 155 soient laissés de côté dans le projet de réseau cellulaire.

Cellulaire sur la 155: des laissés-pour-compte

La récente annonce de 26 millions de dollars faite par Québec et Ottawa, pour déployer la fibre optique dans une dizaine de communautés et le réseau cellulaire sur une bonne partie de la route 155, a certainement fait des heureux, mais aussi des mécontents. Des gens qui se sentent laissés de côté dans le secteur de Mattawin souhaitent que la situation change aussi chez eux.
«Dans ces kilomètres-là, ils pensent qu'il n'y a pas de danger? On se sent à part et les gens ici à Mattawin ne sont pas très contents non plus. Avec tous les millions qu'ils ont sortis, pourquoi n'a-t-on pas notre part de gâteau? On paie des taxes comme tout le monde. [...] Ils ont de l'argent, mais nous on n'aura rien? Ça ne passe pas. Si on manque le train, on va marcher longtemps à pied», dénonce Yvon Paquin, un résident de Mattawin.
Dans le projet de la compagnie privée Solutions Ambra annoncé à la fin du mois d'août, on pouvait apprendre qu'il y aurait, malgré tout, une interruption de service cellulaire sur la route 155 sur une vingtaine de kilomètres dans le secteur de Mattawin.
«C'est simple, construire une tour dans ce secteur-là coûte plus cher que les revenus potentiels parce qu'il n'y a pas assez de résidences. La tour serait déficitaire mois après mois. C'est pour ça que la tour n'a pas été retenue dans le cadre de ce projet-là. Cependant, on a des discussions pour peut-être ajouter une petite cellule qui permettrait d'offrir du service cellulaire à des endroits plus petits, par exemple à l'auberge Marineau. On est en discussion présentement avec le gouvernement», a fait savoir Éric l'Heureux, président de Solutions Ambra.
M. l'Heureux n'est pas sans rappeler que la mission du programme Brancher pour innover c'est «de raccorder les résidences des municipalités, ce n'est pas pour fournir le service le long d'une route». 
«Le projet qui a été retenu est pour construire des infrastructures de fibre optique. Le plus gros de l'argent est là. Mattawin a déjà sa fibre optique. Dans le cadre de ce projet-là, on va construire plus de 480 kilomètres de fibre optique et sept tours cellulaires dans les communautés où on est capable de rentabiliser ces tours-là», a-t-il affirmé.
Il insiste également pour dire qu'il analyse présentement les possibilités pour réduire au maximum le nombre de kilomètres non couverts dans ce secteur avec ce qui existe déjà à Mattawin.
Les citoyens aux abords du tronçon de la route 155 qui ne sera pas desservi par le réseau cellulaire martèlent qu'il s'agit d'une question de sécurité. Des exemples, ils en ont un et un autre alors qu'ils font office de cabine téléphonique plusieurs fois par année pour des incidents.
«Chaque fois qu'il y a un petit quelque chose, les gens arrêtent dans les maisons pour avoir du secours. Le nombre, je ne sais pas, mais je vous garantis que c'est plusieurs fois par année et ce n'est pas juste chez nous. Il y a même des résidents qui se font réveiller en pleine nuit par des gens pris sur la route. [...] Un camion arrête pour qu'on appelle le 9-1-1. On dit oui, évidemment. Le 9-1-1 voulait que j'aille sur le bord de l'accident pour leur décrire ce qui se passait... Impossible», raconte M. Paquin.
«Le cellulaire ne fonctionne pas, est-ce qu'on pourrait utiliser votre téléphone? On l'entend souvent celle-là. Plus d'une vingtaine de fois dans l'année. On est en 2017 et il n'y a toujours pas de cellulaire...», déplore pour sa part Roméo Mongrain, un autre citoyen du secteur.
Le son de cloche est exactement le même pour plusieurs résidents qui habitent dans cette portion de 20 kilomètres qui ont dénoncé la situation.
«On recule! Ça fait 40 ans qu'on est ici et qu'on dépanne les gens qui viennent téléphoner chez nous. Ça va juste continuer comme ça. On est en 2017 et c'est encore pareil comme en 1976. [...] Dans ma tête, l'important c'était la route et non le lien entre les paroisses et les villages. C'est incroyable le nombre de personnes qui passent sur cette route», a ajouté une résidente qui préfère garder l'anonymat.
Certes les résidents en ont ras le bol et aimeraient avoir une couverture cellulaire, mais ils ne sont pas seuls. Des commerçants sont également touchés par la situation. Au niveau du nombre d'étoiles et du classement de l'hébergement, certains ont été déclassés en raison de l'absence de cellulaire.
«C'est quand même un argument qui est grand... Je sais qu'on a choisi de ne pas être au milieu des concentrations de population. C'est clair que ç'a un prix à payer et que personne ne nous a mis un fusil derrière la tempe pour habiter où l'on habite. [...] C'est quand même un peu frustrant de savoir qu'on investit 26 millions sur toute la longueur et qu'une petite zone est oubliée», a lancé Edgar Borloz, propriétaire du domaine Le Montagnard.
«C'est quand même tout un affront. On paie des permis, des taxes et des taxes...» a-t-il ajouté.
Rappelons que Québec et Ottawa ont annoncé qu'ils investiraient une somme totale de 26 millions de dollars dans deux projets d'infrastructure de télécommunication qui permettront le branchement à Internet haute vitesse et l'augmentation de la couverture cellulaire sur la route 155.