La nouvelle chef de choeur du groupe vocal Brise du Nord promet un spectacle haut en couleur.

Brise du Nord: sur une nouvelle voix

Le groupe vocal Brise du Nord, qui a subi une métamorphose depuis deux ans, fera un retour sur scène le 26 avril.
La cinquantaine de choristes foulera les planches du Complexe culturel Félix-Leclerc pour présenter leur concert annuel Sur une nouvelle voix qui soulignera du même coup les 45 ans de la troupe.
«Ça va être un spectacle haut en couleur, se plaît à dire la chef de choeur, Karine Hémond. Nous serons accompagnés par le groupe Traffiq et le groupe vocal Champagnat alors ça va bouger! Nous avons des chansons classiques, jazz et populaires. On touche à tous les registres et tout le monde devrait y trouver son compte. Il y en a pour tous les goûts.»
Depuis son arrivée à la barre, les choses ont bien changé, mais la jeune chef de choeur refuse de prendre tout le crédit. Elle se contente de dire qu'elle a amené sa personnalité et son tempérament.
«Je suis une fille énergique, alors c'est certain que c'est différent, mais à chaque changement de chef de choeur c'est différent! J'ai amené ma couleur, et c'est ce que ça donne cette année. On est vraiment une belle gang, et on travaille beaucoup. Je suis très exigeante, mais ils aiment ça !»
Les deux dernières années ont été mouvementées pour la troupe qui célèbre ses 45 ans. D'abord le changement de nom, une nouvelle chef de choeur, le changement de répertoire, l'ajout de mise en scène et surtout l'arrivée de nouvelles voix.
«C'est une année de mouvement. Nous sommes une cinquantaine de choristes, alors que l'an dernier nous étions une vingtaine seulement. On a des gens de tous les âges, de la vingtaine à la soixantaine», préciseMme Hémond.
Si le groupe vocal Brise du Nord avait dû renoncer à son concert l'an dernier en raison d'une épidémie de grippe, cette année la troupe est plus en forme que jamais.
«Tout le monde est très motivé et les gens devraient venir, ne serait-ce que par curiositépour voir les changements et l'évolution», a conclu Karine Hémond.