Sylvain Girard

Aussitôt condamné, aussitôt libéré

Condamné à une peine de 32 mois de prison pour avoir causé la mort d'Alexandre Bourque lors d'un accident de speed boat en 2012, Sylvain Girard n'aura finalement passé que trois jours en prison. La Cour d'appel du Québec a accepté vendredi d'entendre la cause, ordonnant par la même occasion sa libération.
Lors de cette funeste journée, une trentaine de jeunes avaient rencontré Sylvain Girard, un propriétaire riverain. Ils avaient été impressionnés par son immense <em>speed boat</em> de 42 pieds dont la valeur était de 1,1 million $.
Cette libération a toutefois été prononcée sous certaines conditions. Le juge Jean Bouchard a accepté de libérer Girard, mais celui-ci a dû s'engager à verser un dépôt de 5000 $, à garder la paix et à avoir une bonne conduite. 
De plus, il lui est interdit de conduire «tout véhicule à moteur dans une rue, sur un chemin ou une grande route ou dans tout autre lieu public». Ces interdictions ne s'appliquent toutefois pas le lundi de 6 h à 18 h, pour urgence médicale, pour rencontrer son avocat, aux fins de culte religieux ou pour rendez-vous médical, à condition qu'il fournisse à un enquêteur une preuve écrite. En terminant, Sylvain Girard ne peut conduire de bateau. 
L'avocat de Sylvain Girard, Me Louis R. Lupien, indique que la remise en liberté a été proposée conjointement par la défense et la Couronne. 
«Mon client est en liberté depuis le début des procédures et les événements. Ce n'est pas un individu qui présente un risque. La Couronne était de notre avis», explique Me Lupien.  
L'audition de l'appel sera faite à une date qui reste à déterminer. 
La requête d'appel a été déposée à la cour dès que le juge a prononcé la peine de 32 mois de prison plus tôt cette semaine. 
Dans sa requête, la défense demande que la Cour d'appel casse le jugement rendu le 1er mars dernier par le juge Jacques Trudel, ce qui entraînerait l'acquittement de Girard. Si elle ne veut pas casser le jugement, la Cour d'appel peut ordonner la tenue d'un nouveau procès sur l'infraction de conduite dangereuse devant un juge et un jury. La Cour peut aussi décider de rejeter l'appel et d'entériner le précédent jugement.
Rappelons que Girard avait proposé à des jeunes de faire un tour sur la rivière Saint-Maurice à bord de son speed boat de 42 pieds le 4 août 2012. C'est au troisième tour, lors d'une manoeuvre de virage à vitesse élevée, que le bateau de l'accusé avait tangué et que ses passagers avaient tous été éjectés. Alexandre Bourque, 27 ans, y avait trouvé la mort.