Le conseiller municipal Pierre-Luc Fortin a ouvertement donné son appui à son collègue.

Aubin a l'appui de Pierre-Luc Fortin

Les réactions n'ont pas tardé à la suite de l'annonce de la candidature de Jean-François Aubin, spécialement autour de la table du conseil municipal.
Son collègue Pierre-Luc Fortin du district Des Estacades était présent à son lancement et n'a pas hésité à lui donner son appui.
«Il a toutes les qualités pour offrir une alternative aux Trifluviens», indique-t-il. Selon M. Fortin, un changement s'impose.
«Ça fait quand même 16 ans qu'Yves Lévesque est là. Le maire a fait des bonnes choses, mais changer de tête dans une administration, c'est sain et quand on a un candidat comme Jean-François, je pense que ça vaut la peine d'écouter, de voir ce qu'il va nous offrir», a-t-il ajouté.
Certains conseillers joints lundi soir ont indiqué ne pas craindre que ça puisse miner les relations autour de la table.
«Jean-François est un monsieur éduqué, je crois qu'il saura faire en sorte de conserver une certaine harmonie. C'est la démocratie et tout le monde a le droit de se présenter. Mais pour moi, ce qu'Yves Lévesque nous apporte, j'y crois», a mentionné Pierre-A. Dupont du district Sainte-Marguerite.
De son côté, Marie-Claude Camirand estime que le contexte cette année est différent de 2013, et n'appréhende pas les prochains mois, d'autant plus que les relations au conseil sont demeurées relativement cordiales, même si M. Aubin se disait ouvertement en réflexion. Toutefois, la conseillère de Chavigny se gardera de donner publiquement son appui à l'un ou l'autre des candidats.
Adversaires
Le candidat à la mairie Adis Simidzija a, pour sa part, refusé la main tendue par Jean-François Aubin pour tenter de s'unir et d'unifier les idées.
«Je n'ai pas l'impression qu'il incarne réellement un changement. Moi, je veux réformer l'institution démocratique au niveau municipal et il fait partie de l'institution. S'il est prêt à se battre pour changer ça, je serais peut-être prêt à lui tendre la main, mais je n'ai rien entendu qui me le laisse croire», a indiqué M. Simidzija.
Ce dernier reproche notamment à Jean-François Aubin d'avoir tenu la population en haleine avant d'annoncer sa candidature.
«Sa décision était prise, et il aurait pu profiter de ce temps pour parler des véritables enjeux, comme le logement social par exemple. Mais de se faire attendre, c'est un peu hypocrite de sa part», a-t-il mentionné.
Il n'a pas été possible de joindre le maire Yves Lévesque.