Pauline Marois est arrivée mardi à Shawinigan à bord d'un hélicoptère.

Arrivée en hélicoptère: «Je le referais», dit Marois

La première ministre Pauline Marois n'a pas hésité à déclarer «qu'elle le referait», lorsque des journalistes lui ont demandé ce qu'elle pensait des réactions négatives de ses adversaires à la suite de son arrivée spectaculaire en hélicoptère à Shawinigan, mardi dernier.
Le Centre des services partagés du Québec, de qui relève le Service aérien gouvernemental, a indiqué jeudi que le transport en hélicoptère de Mme Marois avait coûté 4250 $ avant taxes (4886,44 $ en incluant les taxes), pour un total de six personnes, dont le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard.
Mme Marois a déclaré que l'hélicoptère était un moyen de transport efficace.
«Parfois j'utilise l'avion, parfois c'est l'hélicoptère, souvent c'est la voiture. Cela dépend des circonstances. Nous avions des réunions majeures à Montréal et c'était le moyen le plus rapide de venir ici. Ça se compare au prix que nous payons lorsqu'on prend l'avion. Je pense que c'est normal et si c'était à refaire, je le referais compte tenu des circonstances. Quand c'est nécessaire, il faut être efficace et ça c'est un moyen d'être efficace», a-t-elle conclu d'un ton sans réplique.
Avec La Presse Canadienne