Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Angers veut des engagements pendant la campagne

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, profitera de la campagne électorale pour vérifier le degré d'acharnement que les candidats du comté de Saint-Maurice seront prêts à atteindre pour que se réalise un jour le projet d'assainissement des eaux usées dans le secteur Lac-à-la-Tortue.
Il s'agit du premier dossier qui lui vient en tête lorsqu'il est invité à identifier un enjeu prioritaire auquel le prochain député devra s'attaquer. Lors de la dernière campagne municipale, M. Angers a assuré qu'il afficherait la même détermination pour les riverains du secteur Lac-à-la-Tortue que celle qu'il a démontrée dans son inoubliable bataille pour permettre à Shawinigan de conserver ses sources d'approvisionnement en eau potable.
L'enjeu principal consiste à convaincre le gouvernement d'investir une quarantaine de millions de dollars pour réaliser l'assainissement des eaux usées dans ce secteur. La dernière évaluation de ce projet s'établit à 55,1 millions $.
En 2007, quelques jours après l'annonce de la fermeture de la papeterie Belgo, les libéraux s'étaient présentés à l'hôtel de ville avec un chèque de 14,3 millions $ pour la Ville de Shawinigan. Le projet était alors estimé à 17,6 millions $.
De nouvelles évaluations ont démontré que les coûts s'avéreront au moins trois fois plus importants. Le conseil municipal veut donc savoir si la contribution du gouvernement du Québec sera bonifiée en conséquence.
«C'est sûr que le projet d'assainissement des eaux du lac à la Tortue fait partie de nos demandes», commente M. Angers.
«Qu'est-ce que les candidats ont l'intention de faire avec ça? Le projet est rendu au gouvernement depuis un an et demi. Après le règlement du dossier d'approvisionnement en eau potable, il doit se pencher là-dessus. J'ai donc l'intention de savoir si, en 2014, nous aurons une réponse. Je veux que les candidats s'engagent à me donner un coup de main. Je veux voir le niveau d'engagement qu'ils souhaitent prendre dans un dossier comme celui-là. Dans mon échelle des priorités, il est important parce que ça fait longtemps qu'on attend.»
Le maire sait qu'au moins deux candidats connaissent très bien le dossier. Le député sortant, Luc Trudel, a évidemment déjà été sensibilisé à cet enjeu. Le candidat libéral, Pierre Giguère, en sait aussi un bon bout puisqu'il a représenté pendant quatre ans les électeurs du district voisin, celui de Val-Mauricie, avant de se faire battre par Guy Arseneault lors de l'élection du 3 novembre.
Outre ce dossier, le maire ne possède pas encore sa liste d'épicerie. Il se réserve un tour de table avec ses collègues du conseil, lors de la séance privée de lundi, avant d'énumérer les enjeux incontournables pour Shawinigan.
«Mais déjà, on sait que l'assainissement des eaux du lac à la Tortue, c'est un incontournable», insiste-t-il. De façon plus générale, M. Angers veillera aussi à connaître de quelle façon les candidats souhaitent collaborer avec la Ville de Shawinigan s'ils sont élus.
«Je veux savoir comment ils veulent travailler, comment ils comprennent nos enjeux», conclut le maire.