André Beaudoin

André Beaudoin rend hommage à André Drouin

Lors d'un point de presse qu'il tenait mercredi sur l'identité québécoise et sur la façon dont les immigrants devraient se comporter au Québec, le candidat péquiste dans Laviolette, André Beaudoin, a tenu à remercier André Drouin d'Hérouxville qui, a-t-il déclaré, «a eu le courage d'initier ce débat ici-même dans la région».
M. Beaudoin a demandé à tous les électeurs de Laviolette de compléter le travail amorcé en votant pour le seul parti qui veut véritablement régler cette question: le Parti québécois.
Selon le candidat, il est urgent que les immigrants qui sont de plus en plus nombreux à venir peupler le Québec sachent qui sont les Québécois et quelles sont les caractéristiques qui les identifient clairement s'ils veulent réussir leur immigration.
«Les immigrants savent que les Québécois sont accueillants mais ils doivent faire un choix éclairé s'ils décident de venir vivre ici», a-t-il prévenu. À ceux qui prétendent qu'affirmer ces propres valeurs est un acte de fermeture, M. Beaudoin répond «qu'au contraire, c'est une question de respect de soi».
Par ailleurs, le candidat péquiste a soutenu que parler d'immigration, c'est aussi s'occuper d'économie, car toutes les discussions provoquées par les demandes d'accommodement raisonnable génèrent des pertes de temps et monopolisent beaucoup d'énergie, ce qui pourrait être évité avec une charte de la laïcité, assure-t-il.
Il en donne comme preuve le temps de prière réclamé par les musulmans, plusieurs fois par jour. «Dans les pays musulmans, la vie s'arrête le vendredi après-midi et la prière est faite sept fois par jour. Au Québec, on est encore dans l'ordre des accommodements raisonnables, à cause du petit nombre, mais on voit des pays, comme la France, qui sont pris avec cette réalité. Le petit nombre est devenu important alors qu'on a déjà accepté l'accommodement (pour la prière). Ça devient un acquis incontournable et ça crée des problèmes d'ordre économique et social importants. J'estime qu'il est fondamental qu'on règle ce problème-là en temps opportun pendant qu'on n'est pas aux prises avec ces réalités de façon aussi importante.»
L'aspirant député insiste, «il est normal de demander à l'autre d'avoir assez d'ouverture pour reconnaître les traits qui caractérisent les gens qui l'accueillent». Il soutient par ailleurs que sa vaste expérience de voyage à l'étranger l'a convaincu que les immigrants cherchent surtout à vivre dans un état laïc et neutre et à pratiquer leur religion dans des lieux privés.
Ainsi, conclut-il, en définissant, entre autres, les règles de la neutralité de l'État par l'interdiction du port des signes religieux ostentatoires par les employés de l'État, la charte proposée par le Parti québécois établit clairement et sans ambiguïté des règles qui gouvernent le Québec.
Pour bien illustrer son propos, M. Beaudoin a cité un proverbe africain: «Quand tu vas chez ton oncle et que celui-ci danse sur un pied; tu danses sur un pied.»
Cela dit, M. Beaudoin a reconnu «bien honnêtement» qu'il ne pouvait dire combien la circonscription de Laviolette comptait d'immigrants, sinon que c'était sûrement «un nombre infime». Selon les données du directeur général des élections, la réponse est 350. Quinze de ces personnes sont musulmanes.