André Beaudoin, candidat péquiste dans Laviolette, juge sévèrement le bilan de Julie Boulet.

André Beaudoin: «Boulet a un lourd bilan»

«Quand on utilise des moyens d'hier pour répondre aux défis d'aujourd'hui, on prépare les problèmes de demain.»
C'est par un adage de son cru que le candidat péquiste dans Laviolette, André Beaudoin, a lancé sa campagne, jeudi, à Saint-Tite, tout en martelant que l'emploi sera sa priorité.
M. Beaudoin a eu des mots très durs pour la députée libérale sortante Julie Boulet qui, à son avis, a un lourd bilan de 9 ans à porter en ce qui concerne le développement du comté. Il énumère les pertes d'emplois massives, le recul en foresterie et la stagnation en agriculture. Le candidat péquiste a dénoncé ce qu'il a appelé «l'acceptation désolante» par la députée de l'iniquité des investissements fédéraux dans le secteur de l'automobile de l'Ontario par rapport à ceux du secteur forestier au Québec.
Comme ministre, il juge que Mme Boulet a eu largement le temps de réagir et il en donne comme preuve les mesures mises en place très rapidement par le Parti québécois une fois arrivé au pouvoir, soit le programme de 340 millions d'argent neuf en foresterie, une Charte du bois ainsi qu'un programme de sylviculture. «Tout ça en 18 mois! insiste-t-il. Je tiens à le souligner. Mais 18 mois, ce n'est pas suffisant pour inverser une tendance de plusieurs années. Quand même, il y a des résultats concrets à la suite de la mise en oeuvre du Plan forestier issu du Sommet sur la foresterie.»
Lorsqu'on fait remarquer au candidat péquiste que 8 des 10 maires de la MRC de Mékinac étaient tout de même présents au lancement de la campagne de Mme Boulet, à Grand-Mère, il répond que les maires ont un rôle à jouer sans que ce soit partisan et qu'il ne faut pas y voir un appui à la députée sortante. Il assure qu'il a discuté avec deux maires jusqu'à maintenant et qu'il a été très bien reçu.
M. Beaudoin soutient par ailleurs que son principal défi est la création d'emplois. Il entend proposer des solutions novatrices en matière de foresterie, d'agriculture et de tourisme, sans oublier le domaine de la santé et le soutien aux plus vulnérables. Il compte tout mettre en oeuvre pour que le Fonds de diversification économique de 200 millions $ profite également aux entrepreneurs de Laviolette dont plusieurs ont été durement touchés par la crise forestière. Selon lui, ce fonds ainsi que les mesures prises en foresterie devraient contribuer à aider les entreprises du comté.
M. Beaudoin abordera d'autres thèmes durant la campagne, notamment la laïcité et la neutralité de l'État, des sujets passés sous le radar jusqu'à maintenant, alors qu'ils ont été des éléments déclencheurs de la campagne électorale.
Il a aussi rappelé, avec une pointe de fierté que le comté de Laviolette est le berceau de quelques grandes politiques nationales qui touchent tout le monde de près. Il faisait alors référence à la politique de souveraineté alimentaire inscrite dans la plateforme du Parti québécois, initiée par l'exécutif du Parti québécois de Laviolette et guidé par sa propre expérience en la matière et en développement international.
En deuxième lieu, il a aussi fait référence à la Charte de la laïcité qui prend sa source à Hérouxville. En terminant, le candidat s'est dit ouvert à un débat avec ses adversaires.