Alexis Deschênes songe à représenter le Parti québécois dans Trois-Rivières.

Alexis Deschênes pourrait être candidat dans Trois-Rivières pour le PQ

Alexis Deschênes, l'ancien journaliste de TVA et de Radio-Canada devenu avocat, envisage très sérieusement de briguer l'investiture du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Trois-Rivières.
Une rencontre a d'ailleurs eu lieu dimanche entre l'exécutif de l'association péquiste et l'avocat de 36 ans qui a quitté le journalisme en 2010.
«J'ai toujours voulu faire de la politique, ça fait très longtemps que j'en rêve. J'ai démissionné de mon poste de journaliste pour me préparer en allant étudier en droit», a lancé d'emblée Alexis Deschênes. «La question est: est-ce que j'en fais maintenant ou j'en fais plus tard? Il est trop tôt pour que je réponde à cette question maintenant.»
Même si la candidature d'Alexis Deschênes pour le PQ dans Trois-Rivières n'est pas encore définitive, le principal intéressé avoue qu'il est animé d'une volonté de faire le saut en politique.
«Mon désir de faire de la politique est vrai, il est authentique, il est fort. Je suis un gars de région. Tout ça fait partie de ma réflexion en ce moment», a ajouté M. Deschênes. «Il y a une réflexion qui est entamée. Et on ne cache pas la rencontre que j'ai ici [avec le PQ]. Mais il est encore trop tôt pour dire si j'y vais ou pas.»
Le Parti québécois est un choix naturel pour un souverainiste affiché comme Alexis Deschênes. Il affirme même être un «indépendantiste depuis toujours» et soutient que la raison pour laquelle il souhaite faire de la politique est «de faire du Québec un pays». Il souhaite de plus se lancer dans l'arène politique pour défendre l'égalité des chances et le développement régional.
Yves Rocheleau, le président de l'association péquiste de la circonscription de Trois-Rivières, estime qu'Alexis Deschênes est un éventuel «candidat de calibre, d'envergure, qui pourrait faire rayonner Trois-Rivières».
«Nous sommes intéressés. C'est pour ça que nous le rencontrons aujourd'hui [dimanche]. Mais c'est un processus qui est en évolution. Il y aura des décisions de part et d'autre», a confirmé M. Rocheleau en précisant que d'autres personnes ont aussi été rencontrées. D'ailleurs, aucune date d'investiture n'est pour l'instant retenue à Trois-Rivières.
L'avocat originaire de Saint-Jules-de-Cascapédia en Gaspésie se défend bien d'être un candidat, s'il le devient, parachuté dans la région. Rappelons que la candidature de Djemila Benhabib a été critiquée lors des dernières élections provinciales, car l'auteure venait de l'extérieur de la Mauricie.
«Quelqu'un qui est parachuté, c'est quelqu'un qui tombe quelque part et qu'on est obligé d'accueillir. J'ai été sollicité par les gens de Trois-Rivières pour venir les rencontrer. Alors ça ne peut pas être du parachutage», a-t-il répondu en rappelant qu'il est un «gars de région».
Alexis Deschênes a commencé sa carrière en journalisme à TVA Rimouski avant de faire le saut à Montréal. Il a travaillé par la suite trois ans à Radio-Canada puis, en 2005, il est retourné à TVA. Lors des douze années de sa carrière dans les médias, Alexis Deschênes a notamment couvert pendant quatre ans l'actualité de l'Assemblée nationale.
«À Trois-Rivières, on me connaît. Pendant des années, je suis rentré dans le foyer des gens de Trois-Rivières par le biais de la télévision. Je n'accepterai pas de me faire qualifier de candidat parachuté, advenant le cas que je me présente», a ajouté Alexis Deschênes.
«Avant tout, c'est la qualité du candidat ou de la candidate qui est en cause. C'est ce qui m'habite comme président. Je pense qu'avec M. Deschênes on est favorisé, mais je ne peux pas aller plus loin, nous sommes en processus. C'est délicat», a soutenu de son côté M. Rocheleau.
À l'âge de 32 ans, Alexis Deschênes a quitté le monde de l'information pour entreprendre des études en droit. Le père de trois jeunes garçons a complété ses études avec mention. Il a notamment reçu le Prix du Barreau du Québec, attribué à l'étudiant ayant obtenu la meilleure moyenne cumulative au terme du baccalauréat, pour l'Université Laval.
Une journée d'annonces politiques
Bien que les élections ne soient pas déclenchées, on devrait en apprendre davantage sur l'avenir politique de trois personnes de la région lundi.
La députée libérale de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, doit rencontrer les médias lundi matin. Elle devrait annoncer qu'elle quitte la vie politique pour des raisons de santé. Cela n'exclut toutefois pas qu'elle puisse rejoindre l'ex-ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, à l'Institut du Québec.
Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs ainsi que ministre responsable des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Yves-François Blanchet, présentera lundi le candidat officiel pour le PQ dans la circonscription de Nicolet-Bécancour, Jean-René Dubois.
En terminant, on s'attend à ce que Pierre Giguère, ancien candidat pour la Coalition avenir Québec, soit confirmé comme candidat libéral dans la circonscription de Saint-Maurice.