Vétéran de cinq saisons dans la LHJMQ, Alex Filiatrault s'amène à Shawinigan avec l'intention de servir de mentor pour la jeune défensive des Cataractes.

Alex Filiatrault est prêt à relever le défi

Le choc est maintenant passé pour Alex Filiatrault, lui qui hésitait à propos de son avenir après avoir été réclamé par les Cataractes au ballottage la semaine dernière. Le hockeyeur de 20 ans est maintenant prêt à servir de mentor pour la jeune brigade défensive shawiniganaise en route vers les séries éliminatoires.
Le natif de Trois-Rivières croyait bien être en mesure de terminer sa carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec les Tigres de Victoriaville et avoir une chance d'obtenir son premier championnat, les Félins ayant garni leur arsenal durant la période des Fêtes.
Il a toutefois eu la mauvaise surprise d'apprendre qu'il était soumis au ballottage cinq minutes avant la conclusion de la période des échanges, lorsque son directeur général, Jérôme Mésonéro, a fait l'acquisition d'un quatrième joueur de 20 ans, Jean-François Plante, du Phoenix de Sherbrooke.
«Je ne m'y attendais vraiment pas. Lorsque tu apprends ça cinq minutes avant la fin des échanges, c'est inquiétant parce que tu ne sais pas où tu vas te retrouver. J'ai mesuré les possibilités qui s'offraient de part et d'autres, et j'ai réalisé que Shawinigan était le bon choix», affirme-t-il aujourd'hui après avoir envisagé de lancer la serviette lorsqu'il a appris la nouvelle.
Filiatrault est ainsi devenu le seul joueur de 20 ans au sein de la jeune troupe de Martin Bernard. Il compte attaquer ce nouveau défi de façon sereine et sait que ses cinq saisons dans le circuit Courteau pourraient faire la différence. «Le but est de faire les séries éliminatoires. Nous sommes à cinq points, c'est vraiment proche. Je pense que je peux apporter de l'expérience à cette jeune équipe, surtout lorsqu'il est temps de finir un match et que nous devons protéger une avance d'un point.»
Pour Martin Bernard, l'acquisition de Filiatrault est un cadeau tombé du ciel. «C'est un gars que tu vas habituellement chercher par échange, pas au ballottage, souligne-t-il. Il faisait partie du puzzle, de la brigade défensive (avec les Tigres). Pourquoi se sont-ils tournés de bord alors qu'ils le voyaient dans leur équipe, avec raison?»
Filiatrault, un arrière défensif, viendra solidifier le jeu des Cataractes à la ligne bleue, particulièrement lors des fins de matchs, une facette où ils ont perdu plusieurs points cette saison. «Les jeunes vont avoir quelqu'un pour s'appuyer. Lorsque c'est le temps de faire les jeux simples, lui, il les fait. Il va pouvoir jouer à cinq contre cinq contre les gros trios ainsi qu'en désavantage numérique», analyse Bernard.
Le retour de Filiatrault en Mauricie pourrait bien être le premier pas vers la suite de sa carrière.
Le défenseur a amorcé ses études en administration à l'Université du Québec à Trois-Rivières et il n'exclut pas la possibilité de se joindre aux Patriotes l'année prochaine.
Il suivrait ainsi les traces de son père, Luc, qui a remporté le Championnat canadien de hockey universitaire avec l'UQTR en 1991.
Loin du Centre Gervais Auto
Après avoir visité les provinces de l'Atlantique la semaine dernière, où ils ont amassé quatre points sur une possibilité de six, les Cataractes seront encore sur la route ce week-end alors qu'ils visiteront les Saguenéens à Chicoutimi, vendredi soir, et le Drakkar à Baie-Comeau samedi. Même si les Saguenéens sont beaucoup moins menaçants depuis les départs de Charles Hudon et Sébastien Sylvestre, Bernard est d'avis que la partie est loin d'être gagnée d'avance. «Chicoutimi demeure une bonne équipe et tous les matchs sont importants, rappelle le pilote. Ce sera la troisième partie des gars sur la grande glace (du Centre Georges-Vézina), ils seront donc plus confortables qu'en début d'année et nous serons en mesure de compétitionner», conclu-t-il.