Les résidents de Notre-Dame-de-Montauban qui se trouvaient à l'extérieur de l'hôtel de ville de Notre-Dame-de-Montauban, dont le porte-parole de Chute Libre, Jean Jasmin, n'ont pas caché leur joie lorsqu'ils ont appris que 227 personnes avaient signé le registre.

227 personnes ont signé le registre concernant le projet de centrale hydroélectrique

Les résidents de Notre-Dame-de-Montauban ont envoyé un message clair aux membres du conseil municipal de l'endroit, hier, en ce qui concerne le projet de centrale hydroélectrique sur la rivière Batiscan. Ils sont en effet 227 à avoir signé le registre afin d'obtenir la tenue d'un référendum sur cet épineux dossier qui fera sûrement encore beaucoup jaser dans cette petite localité de la MRC de Mékinac.
Plusieurs personnes se trouvaient d'ailleurs à l'extérieur de l'hôtel de ville de l'endroit en début de soirée afin de connaître le nombre exact de signataires. Ces derniers savaient cependant depuis plusieurs heures déjà que les 98 signatures nécessaires pour justifier la tenue d'un référendum avaient été obtenues. Selon les estimations, il aurait suffi que de trois heures afin d'atteindre ce nombre.
Présent à l'extérieur de l'édifice municipal lorsque le résultat a été annoncé, le maire de l'endroit, Jean-Guy Lavoie, a été très avare de commentaires lorsqu'il a été questionné sur l'effet qu'aura cette tenue de registre sur la poursuite du projet. Il s'est contenté d'affirmer que le conseil municipal allait se pencher sur le dossier en tenant compte de la soirée de consultation et que ses membres devraient prendre une décision dans un avenir rapproché. Il a cependant reconnu que la population avait envoyé un message clair aux élus en signant aussi massivement le registre.
«La population s'est exprimée assez clairement. J'aime mieux avoir 227 que 102. C'est plus facile. On sait ce que le monde en pense», a-t-il laissé tomber.
De leur côté, les opposants au projet n'ont pas caché leur joie après l'annonce du nombre de signataires. C'était notamment le cas de Jean Jasmin, porte-parole du regroupement Chute Libre et ancien conseiller municipal.
«J'avoue que c'est au-delà de nos espérances. On avait confiance d'atteindre les 98, mais on a tout de même dû travailler fort. Je pense que la façon dont le projet a été présenté hier (mercredi soir) a amené plusieurs personnes à signer. Il y a beaucoup de gens, même s'ils sont en faveur d'un barrage, qui ont trouvé inadmissible le projet présenté et d'avoir été consultés de cette façon. C'est vraiment une victoire citoyenne», a-t-il confié.
Néanmoins, ce dernier ne croit pas que ce chapitre constituera le dernier de cette saga qui dure depuis une dizaine d'années. Dans cette optique, il a rappelé que plusieurs signataires du registre sont en accord avec l'implantation d'une centrale hydroélectrique, mais qu'ils sont contre le projet dans sa forme actuelle.
«On va continuer à discuter dans la municipalité de la possibilité de créer des revenus avec la rivière», a-t-il précisé avant d'ajouter qu'il croyait de son côté que le développement du potentiel touristique constitue une meilleure solution pour donner un nouveau souffle à son coin de pays.
S'il voit le jour, le projet de barrage de 28 millions de dollars entraînera des retombées d'un million de dollars annuellement pour la municipalité et pour la MRC de Mékinac. Rappelons que la municipalité a jusqu'au 16 mars pour déposer son projet auprès d'Hydro-Québec et que l'accord de la population est nécessaire afin que ce dernier puisse continuer à cheminer.