Le ministre Sylvain Gaudreault serre ici la main du porte-parole de la Coalition Proprio-Béton, Yvon Boivin, en présence du député Luc Trudel.

15 nouveaux millions $ pour la pyrrhotite

Le gouvernement du Québec a décidé d'injecter à nouveau 15 millions $ pour aider les victimes de la pyrrhotite à reconstruire leurs fondations.
De passage à Trois-Rivières, mardi, le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, a profité de cette annonce pour interpeller encore une fois Ottawa, qui refuse obstinément de s'impliquer dans le dossier, prétextant que le cas de la pyrrhotite est exclusivement de compétente provinciale.
«Aujourd'hui, je souhaite rappeler à mes homologues fédéraux qu'il s'agit non pas d'une question de compétence fédérale-provinciale. Ce n'est pas une question constitutionnelle. C'est une question de drame humain», a plaidé le ministre Gaudreault.
«De plus, le problème de la pyrrhotite, c'est une situation exceptionnelle, une situation imprévisible qui entraîne des conséquences importantes pour les citoyens, mais aussi pour l'économie de toute la région, notamment en raison de la perte de la valeur des maisons», dit-il.
L'absence du gouvernement fédéral est «inacceptable», estime le ministre.
La Coalition Proprio-Béton a profité de l'occasion pour critiquer elle aussi le refus d'Ottawa de fournir de l'aide aux victimes de la pyrrhotite en Mauricie. «La région fait pourtant partie du Canada», a fait valoir hier le vice-président de la Coalition, Michel Lemay.
Le président et porte-parole de la Coalition, Yvon Boivin, déplore pour sa part «le manque de compassion du gouvernement du Canada qui refuse de fournir de l'aide à une personne dans le besoin sous prétexte qu'il ne s'agit pas de sa compétence. En situation de désastre humain et financier, il n'y a pas de compétence. Il doit obligatoirement y avoir de la compassion et de la solidarité de la part de toutes les instances gouvernementales sans exception», plaide-t-il.
La Coalition demande au gouvernement de Stephen Harper une aide financière de 25 millions $ par année pendant 4 ans afin de compléter l'aide fournie par Québec.
La Coalition a aussi profité de l'occasion pour indiquer qu'il est urgent de réviser la norme canadienne en matière de qualité du béton afin de l'harmoniser à celle de l'Europe qui est beaucoup plus précise», indique Yvon Boivin.
Le ministre Gaudreault a lui aussi commenté ce point en faisant valoir que dans le drame de la pyrrhotite, on «fait face à une question d'application de norme de construction du Code national du bâtiment du gouvernement du Canada», une autre raison, estime le ministre, pour laquelle Ottawa ne peut se soustraire à ce dossier.
On se souviendra qu'en mai dernier, le premier fonds d'aide de 15 millions $ qui avait été mis en place par le gouvernement libéral, en 2011, est tombé complètement à sec, tant les besoins sont grands, alors qu'il avait été prévu pour 10 ans.
La députée libérale de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, estime qu'il faudra bien plus d'argent que ces 15 nouveaux millions $ annoncés hier, pour continuer à aider les victimes de la pyrrhotite. «Avec 15 millions $, on a fait 200 maisons», précise-t-elle.
La députée St-Amand s'inquiète aussi qu'aucune annonce ne soit encore faite concernant les victimes institutionnelles de la pyrrhotite, notamment les municipalités, les commissions scolaires, les hôpitaux, voire les infrastructures sous la responsabilité du ministère de M. Gaudreault lui même.
Sylvain Gaudreault n'avait pas encore de réponse à donner à ce sujet, hier. «Il va falloir qu'on se parle», dit-il, en ciblant le gouvernement fédéral comme premier interlocuteur.
«C'est un cercle vicieux qui ne finit plus. Ça ne lâche pas, on vit des drames chaque jour. L'annonce d'aujourd'hui vient à point», fait valoir de son côté la députée de Champlain, Noëlla Champagne.
La Coalition Proprio-Béton avait une deuxième raison de se réjouir, hier. Elle bénéficie en effet d'un tout nouvel octroi de 30 000 $ accordée par le gouvernement du Québec au Service d'aide au consommateur de Shawinigan visant l'embauche d'une seconde ressource dédiée au soutien aux victimes. C'est le député Luc Trudel qui a initié et piloté ce projet.
La Coalition a profité de l'occasion pour critiquer elle aussi le refus d'Ottawa de fournir de l'aide aux victimes de la pyrrhotite en Mauricie. «La région fait pourtant partie du Canada, a fait valoir hier le vice-président de la Coalition, Michel Lemay.
Le président, Yvon Boivin, estime qu'il est urgent de réviser la norme canadienne en matière de qualité du béton afin de l'harmoniser à celle de l'Europe qui est beaucoup plus précise», dit-il.
C'est en partie à cause de l'imprécision de la norme sur le béton CSA A23.1 que la région se retrouve présentement avec plus de 1500 cas de pyrrhotite, un nombre qui pourrait grimper à plus de 4000, au fil des prochains mois et des prochaines années, à mesure que des tests seront pris.