La propriétaire de Voyages à Rabais, Sylvie Myre.

Voyages à Rabais poursuit Sunwing

L’entreprise Voyages à Rabais passe de la parole aux actes. L’agence poursuit Vacances Sunwing pour 350 000 $, a appris Le Soleil.

La compagnie, dont le siège social est basé à Trois-Rivières, reproche au transporteur aérien d’avoir utilisé illégalement via le site Internet de sa filiale Vacances SellOff  la marque (ou une variante au singulier) de son commerce. Elle précise que Vacances SellOff est un concurrent direct.

La poursuite a été déposée mercredi à la Cour supérieure, à Montréal. Les documents ont également été transmis à Sunwing.

Voyages à Rabais estime que Vacances SellOff aurait utilisé l’expression voyages à rabais «dans son offre de services en ligne de manière à créer de la confusion auprès du public consommateur et ainsi dévier illégalement la clientèle à son bénéfice», peut-on lire dans les documents de la cour.

Cela aurait notamment été le cas à l’automne 2016. «Une recherche Google pour l’expression «voyage à rabais» fournissait comme premier résultat de recherche un lien au site de la défenderesse ayant comme titre «Voyage à rabais — Forfaits tous inclus dernière minute», donne comme exemple la demanderesse, déplorant la confusion pour les consommateurs.

Afin que le transporteur cesse d’utiliser son nom, Voyages à Rabais, qui n’est affilié à aucune ligne aérienne, avait fait parvenir une première mise en demeure à Sunwing en décembre 2016.

Quelques mois plus tard, une entente a été signée entre les deux parties dans le cadre du renouvellement de la convention d’agence. Malgré cet accord, Sunwing aurait poursuivi les agissements identifiés dans la mise en demeure.

Devant cette situation, le 21 mars dernier, Voyages à Rabais a transmis une nouvelle mise en demeure à son fournisseur de voyages. Des pourparlers s’en sont suivis entre les avocats, mais en vain.

Dépréciation

Aujourd’hui, Voyages à Rabais, qui détient trois bureaux à travers la province, estime que cette situation a entraîné des pertes de bénéfices nets de l’ordre de 250 000 $ depuis 2016. Elle réclame aussi 100 000 $ pour la «dépréciation de la valeur de l’achalandage» rattaché à sa marque.

Sunwing a maintenant au maximum 15 jours pour répondre à la demande. Personne n’a retourné nos appels, mercredi.

Ce n’est pas la première bataille pour Voyages à Rabais pour le nom de son entreprise. Le Soleil mentionnait récemment qu’il a fallu douze ans et plusieurs millions de dollars à la propriétaire, Sylvie Myre, pour obtenir légalement sa marque de commerce. La femme d’affaires est aussi fondatrice des entreprises de voyages Tours Amérique et Objectif Monde.  

Actuellement, rappelons qu’il n’existe aucun mécanisme de vérification à l’Office de la propriété intellectuelle du Canada permettant de prévenir l’utilisation sur le web de la marque de commerce enregistrée par d’autres. Cette situation a d’ailleurs forcé Voyages à Rabais à mandater un employé pour faire de la surveillance sur le web quotidiennement.