Vacances de la construction: les touristes seront-ils au rendez-vous?

TROIS-RIVIÈRES — Malgré le contexte exceptionnel des derniers mois, l’heure des traditionnelles vacances de la construction a sonné pour quelque 11 273 travailleurs de la région. C’est toutefois dans un tout autre état d’esprit que les vacances de la construction s’amorcent en région cette année, alors que les attractions touristiques et les hôtels tenteront d’éponger les pertes financières des derniers mois.

La question qui est évidemment sur toutes les lèvres à l’heure actuelle, tant du côté des complexes hôteliers de la région que du côté des différentes attractions touristiques, est la suivante: les touristes seront-ils au rendez-vous?

Une simple question qui pourrait cependant faire toute la différence afin de renflouer ne serait-ce qu’un tant soit peu les coffres des divers commerces et entreprises.

Même si on reste confiant que les touristes seront au rendez-vous, mais en plus petit nombre, il n’en demeure pas moins qu’on constate une reprise timide des réservations dans les hôtels de la région jusqu’à maintenant.

«Ça va être différent cette année pour les réservations, puisqu’habituellement, les vacanciers ont déjà réservé leurs places et c’est déjà complet pour les semaines de la construction. À l’heure actuelle, on voit vraiment que les gens ne réservent pas à l’avance, ils attendent de voir la météo et les changements annoncés de jour en jour par le gouvernement», souligne la directrice de l’hôtel Days Inn Trois-Rivières, Ève Lavallée.

Même son de cloche pour l’hôtel Les Suites de Laviolette de Trois-Rivières qui a connu une baisse d’achalandage de près de 40 % au cours des derniers mois en raison de la pandémie. «Ça va être pas mal différent cette année et ça reste encore incertain. On n’a pas beaucoup de réservations pour ces deux semaines-là actuellement, mais j’ai l’impression que les gens vont réserver à la dernière minute, puisqu’ils vont probablement voyager plus au Québec», mentionne pour sa part la directrice de l’endroit, Sylvie Gosselin.

Une autre tendance semble également jouer en défaveur des hôtels, à en croire le témoignage de la directrice de l’hôtel Days Inn Trois-Rivières. «Avec toutes les mesures en lien avec la COVID, on constate chez nous un phénomène chez plusieurs clients qui veulent avoir un accès direct à leur chambre, avec une porte-patio par exemple, pour éviter tous les contacts possibles avec les autres clients. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible de le faire dans les hôtels. J’ai eu des appels à cet effet et plusieurs décident de ne pas réserver si on leur dit qu’ils n’ont pas un accès direct à leur chambre», explique Mme Lavallée.

De l’autre côté du fleuve, à l’Auberge Godefroy de Bécancour, la situation est tout autre, alors que les touristes ont réservé en grand nombre pour les vacances de la construction.

«On est très chanceux. Les réservations vont très bien et on semble en avoir le même nombre que l’année dernière pour le moment. Mais on s’attend aussi à avoir des réservations de dernière minute, parce qu’habituellement, pour les escapades de courte distance au Québec, les gens attendent de voir la température avant de réserver», précise la directrice Communications Marketing, Kimberley Morel.

Les musées de la région en confiance

Pour leur part, les musées de la région semblent optimistes de voir arriver les touristes en grand nombre au sein de leurs institutions au cours des deux prochaines semaines.

C’est le cas à la Cité de l’énergie de Shawinigan. «Les réservations vont bon train jusqu’à maintenant et je pense que ça va très bien aller. C’est certain qu’on va avoir une réduction majeure d’achalandage puisqu’on ne peut accueillir que 100 personnes par jour en raison des consignes sanitaires. Mais par rapport à notre capacité d’accueil, on s’attend à avoir un beau taux d’occupation», avoue la directrice générale de l’endroit, Sandie Letendre. «Ça va assurément être différent cette année à cause du contexte et bien sûr, on n’est pas dans la même situation que l’année dernière, puisqu’à Boréalis, on accueille habituellement une clientèle internationale, donc c’est évident que cette clientèle-là ne sera pas présente cet été. Mais on est confiant, on a quelques réservations pour les prochaines semaines et on s’attend aussi à ce que les gens réservent la veille ou le matin même», soutient de son côté la directrice générale de Culture Trois-Rivières, Nancy Kukovica.

Au Musée Pop de Trois-Rivières, on voit également les vacances de la construction d’un bon œil. «On s’attend à avoir des vacances différentes cette année, mais on croit que les gens vont venir nous voir quand même. Jusqu’à maintenant, on est content des chiffres qu’on a, bien que ça ne soit pas foule», ajoute la directrice générale du Musée POP, Valérie Therrien.

Contexte différent pour les quincailleries

C’est toutefois dans un contexte bien différent que s’amorcent les vacances de la construction pour les différentes quincailleries de la région qui ont fait des affaires d’or au cours des derniers mois.

Cet engouement ne semble d’ailleurs pas vouloir s’essouffler à l’aube de ce moment fort de l’année.

«On s’attend encore à un engouement pour les matériaux pendant les vacances, puisque les gens vont probablement continuer à rénover. C’est d’ailleurs un engouement qui perdure depuis des mois chez nous, si bien que les matériaux commencent à manquer», précise le directeur du magasin Canac-Marquis Grenier de Trois-Rivières, Daniel Vézina.

Un point de vue que partagent d’ailleurs ses collègues des quincailleries Patrick Morin et BMR Pierre Naud de Trois-Rivières.

En chiffres

  • 31,6 millions $ en chèques de vacances remis en Mauricie et au Centre-du-Québec
  • Émission de 169 748 chèques, pour un total de plus de 492,3 millions $ à l’échelle de la province
  • 11 273 travailleurs de la construction en Mauricie et au Centre-du-Québec
  • 177,2 millions d’heures de travail enregistrées en 2019 au Québec