Les travailleurs de l’usine Lucyporc ont été accueillis mardi midi à l’usine ATrahan par le vice-président des ressources humaines d’Olymel, Louis Banville.

Usine Olymel de Yamachiche: «Le défi démarre aujourd’hui»

Yamachiche — Maintenant que l’agrandissement de l’usine ATrahan est complété ou presque, la tâche des dirigeants sera de faire virer cette usine selon les objectifs de production ayant justifié un investissement de plus de 120 millions de dollars. Et pour parvenir à ses objectifs, Olymel doit trouver 240 travailleurs supplémentaires, ce qui portera la vague de recrutement de ce projet non plus à 314, mais bien à 450 employés.

Mardi était un jour unique à cette usine de transformation du porc située à Yamachiche. Les 351 employés de Lucyporc sont maintenant des travailleurs d’ATrahan. Cette usine a accueilli mardi 225 employés de Lucyporc après en avoir reçu 126 vendredi. Dès mercredi, un quart de travail sera ajouté à celui que comptait ATrahan, si bien que les ressources seront en place pour faire grimper graduellement la production de 18 000 porcs traités chaque semaine à 40 000, probablement à la fin de 2019 ou au début de 2020.

Près de deux ans après l’amorce des travaux d’agrandissement, Olymel évolue aujourd’hui dans une usine de 21 715 mètres carrés, soit le double de superficie. Quelques travaux complémentaires restent à faire.

Le budget initial de 80 millions de dollars a été augmenté à 110 millions de dollars pour finalement dépasser les 120 millions. Du travail de pieutage plus important que prévu, l’ajout d’équipements et la mise à niveau de l’usine sont à l’origine du rehaussement du budget. Des frigos à carcasse ont été agrandis ou aménagés, un nouveau système d’abattage au co2 pour l’anesthésie des porcs a été installé, deux robots valant chacun près d’un million de dollars ont été acquis pour scier les carcasses, quatre quais de chargement ont été ajoutés pour permettre à l’usine d’en avoir 10.

Autrement dit, ATrahan est désormais une usine à la fine pointe de la technologie qui se situe en haut de l’échelle à la grandeur de l’Amérique du Nord, estime Christian Rivard.

Christian Rivard, directeur général d’ATrahan, Louis Banville, vice-président des ressources humaines d’Olymel, et Marco Dufresne, vice-président ingénierie d’Olymel, ont rencontré les médias mardi matin.

«Le défi démarre aujourd’hui, admet volontiers le directeur général d’ATrahan. On a des équipements neufs, il y a des ajustements à faire, du rodage, de l’optimisation à faire.»

La direction d’Olymel reconnaît que l’arrivée de ces nouveaux travailleurs représente un facteur déterminant dans la réussite du plan d’expansion d’ATrahan. Un accueil spécial a été réservé pour les travailleurs de Lucyporc. Ils ont été invités à faire le tour du propriétaire afin d’apprivoiser leur nouvel environnement de travail. Des séances de formation ont été offertes depuis l’automne dernier.

«On a eu une activité d’intégration il y a un mois et demi, avec une formation de deux semaines. Et j’ai adoré», mentionne Dominic Gagné, un travailleur qui compte 14 ans d’expérience chez Lucyporc, maintenant un membre d’ATrahan.

«Quelque 520 personnes ont été formées dans des tâches différentes», précise Christian Rivard.

Cette usine produira dorénavant le porc Nagano, un produit de Lucyporc destiné au marché asiatique. Les produits de porc frais font aussi partie de cette gamme de produits de niche et à valeur ajoutée.

Les travailleurs de Lucyporc sont arrivés chez ATrahan par autobus.

1150 travailleurs

Les 351 travailleurs de Lucyporc s’ajoutent aux 556 employés d’ATrahan. De ce dernier nombre, 210 personnes ont été recrutées depuis un an. Le géant agroalimentaire veut ajouter 240 travailleurs d’ici l’automne, ce qui fera d’ATrahan un employeur majeur avec plus de 1150 employés.

«C’est pour rencontrer les programmes de production. Les produits à valeur ajoutée demandent plus de main-d’oeuvre. Et considérant la pénurie de main-d’oeuvre, on ne veut pas prendre de chance pour rencontrer les besoins de la clientèle. Et tous ces emplois seront à temps plein», note Louis Banville, vice-président des ressources humaines d’Olymel, qui prévoit que l’inauguration de l’usine ATrahan aura lieu cet été.

Les employés recrutés durant cette vague d’embauche proviennent de Trois-Rivières dans une proportion de 51 %. Shawinigan (23 %) et la MRC de Maskinongé (22 %) sont les autres territoires principalement représentés.

Quarante personnes ont été embauchées via le programme des travailleurs étrangers temporaires. Ces travailleurs arrivent notamment de l’île Maurice et du Madagascar. Olymel va ajouter une autre tranche de 40 employés étrangers d’ici six mois.

«C’est une mesure de dernier recours. Quand on est capable de faire du recrutement local, on privilégie le développement local», note M. Banville, saluant la grande collaboration des directions locales d’ATrahan et de Lucyporc, ainsi que celle des employés et de leurs représentants syndicaux.

L’usine ATrahan est maintenant deux fois plus grande.

Afin de pourvoir les 240 postes, Olymel va utiliser entre autres les réseaux sociaux et tenir des journées d’emploi. L’entreprise va maintenir son programme de référencement interne, une formule qui mise sur le personnel en place pour inciter des proches à se joindre à l’équipe. Ce programme de référencement a permis de dénicher plus de 70 employés.

D’autre part, Olymel assure qu’elle travaille en collaboration avec les instances locales pour le dossier du branchement d’un tuyau à la conduite principale de la Régie d’aqueduc de Grand Pré afin de recevoir le volume d’eau nécessaire à sa production.

La Régie de Grand Pré étudie le jugement de la Cour supérieure rendu le 4 avril qui lui ordonne de permettre ledit branchement. En entrevue au Nouvelliste, la présidente de la Régie, Barbara Paillé, disait au lendemain de la décision que toutes les options étaient analysées. Aucune position officielle n’a encore été annoncée.