Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet Internet haute vitesse, Gilles Bélanger.
L’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet Internet haute vitesse, Gilles Bélanger.

Une subvention de 12,5 M$ à Cooptel pour brancher 3000 foyers dans Maskinongé

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Cooptel prendra le relais de Maskicom pour brancher les foyers de la MRC de Maskinongé. C’est ce qu’a confirmé l’adjoint parlementaire du premier ministre du Québec pour le volet Internet haute vitesse, Gilles Bélanger, au lendemain de l’annonce de l’avis d’intention de Maskicom de se placer à l’abri de ses créanciers.

Cooptel, qui œuvre principalement en Estrie, s’est vu confirmer une subvention de 12,5 M$ pour brancher 3000 foyers de la MRC de Maskinongé d’ici le 30 septembre 2022, alors que ceux-ci auraient dû l’être depuis mars 2021.

Cette somme fait partie des 94 millions $ qui ont été annoncés à Kahnawake dans le cadre du volet Éclair II de l’Opération haute vitesse Ottawa-Québec en présence des ministres Ian Lafrenière, Marc Miller et Marie-Claude Bibeau, ainsi que du président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Jacques Demers.

Au total, ce sont 13 projets déjà initiés dans la communauté, mais qui se sont avérés plus complexes et plus coûteux que prévu, qui ont pu être financés pour s’assurer d’avoir une couverture à 100% du territoire.

En point de presse, Gilles Bélanger a fait savoir qu’il y a deux projets qui n’allaient pas continuer n’ayant pas été jugés assez performants, soit ceux de Maskicom et de Papineau.

En ce qui concerne le choix de Cooptel, l’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet Internet haute vitesse a ajouté que l’entreprise a été sélectionnée après un processus d’enchères et que plusieurs fournisseurs s’étaient montrés intéressés au territoire de la MRC de Maskinongé.

Rappelons qu’à l’heure actuelle, ce sont environ 800 abonnés qui sont desservis à Saint-Mathieu-du-Parc, Saint-Élie-de-Caxton, Saint-Léon-le-Grand et Saint-Boniface, alors que l’objectif de départ était de brancher plus de 4000 foyers d’ici mars 2021. L’échéance a été repoussée à quelques reprises en raison notamment des difficultés rencontrées pour l’obtention des permis pour l’utilisation des poteaux, a fait valoir Maskicom.

Branchez-nous, qui assure les services d’accès à l’Internet haute vitesse et à la téléphonie IP pour Maskicom, a convenu avec le syndic au dossier de continuer encore quelques semaines le temps que Cooptel prenne le relais.

Celui-ci doit trouver des liquidités de l’ordre de 65 000 $ d’ici vendredi pour payer les salaires et les taxes, ainsi qu’un somme hebdomadaire pour assurer la transition avec une équipe minimale.

Des négociations devraient également se poursuivre quant à l’annulation du contrat de Branchez-nous qui était encore valide pour une période de six ans.

Par ailleurs, l’adjoint parlementaire Gilles Bélanger a évoqué un troisième volet du programme Éclair de l’Opération haute vitesse Ottawa-Québec afin de desservir des foyers qui se trouvent dans des régions plus éloignées. La fibre optique serait remplacée dans ce cas-ci par une technologie satellitaire à basse orbite.

Il a également fait savoir que d’ici la fin de l’année, une carte interactive sera accessible pour que les gens qui ne sont pas desservis par l’Internet haute vitesse puissent savoir par quel fournisseur leurs foyers pourront être branchés et dans quelle échéance.

Le premier volet du programme avait été annoncé en mars dernier, à Trois-Rivières, où les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault avaient confirmé des investissements de 826,3 millions de dollars.