Louis-Philippe Roberge, Sophie Milette et leur fille Anaïs.

Une relève en pleine floraison

Trois-Rivières — Il aime en donner, elle aime en recevoir. Au-delà d’une simple passion commune, voilà que les fleurs sont au cœur de leur vie professionnelle depuis quatre ans. En effet, c’est en 2015 que Sophie Milette et Louis-Philippe Roberge, recherchant une opportunité d’affaires, ont décidé de mettre la main sur la boutique bien connue du quartier Sainte-Marguerite, Fleuriste Marie-Antoinette. Fondée en 1975, cette véritable institution de la rue Baillargeon à Trois-Rivières était alors en vente.

Le consultant en informatique reste quand même actif dans son domaine, tout comme sa conjointe qui conserve un lien d’emploi avec un service de garde. Celle-ci avait auparavant travaillé à l’usine Kruger, avant de se retrouver à l’Aluminerie de Bécancour.

«Beaucoup ont fait appel à cet établissement pour choisir et offrir de magnifiques bouquets de fleurs et ce, à la grandeur de la planète. Pour des envois dans d’autres villes ou d’autres pays, on s’occupe de tout et ce, sans frais supplémentaires», font-ils savoir.

Les nouveaux propriétaires sont vite allés de l’avant afin de faire entrer le petit fleuriste de quartier dans le 21e siècle: site web transactionnel, réseaux sociaux, partenariats entre fleuristes, réseaux de distribution. Mis à part les investissements pour agrandir et mettre la boutique au goût du jour, beaucoup d’efforts ont été déployés en publicité. Et les projets sont encore nombreux pour les deux amoureux.

Par ailleurs, des fleuristes de plus de 25 ans d’expérience font partie de leur équipe. Pour parfaire ses connaissances, le couple a aussi eu recours à d’anciens professeurs de l’École d’agriculture de Nicolet. «C’est grâce à cette synergie de connaissances, de technologies et d’expérience que Fleuriste Marie-Antoinette se démarque sur tous les plans. Il ne suffit que d’une visite pour en être convaincu», soutiennent-ils.

On y retrouve de belles fleurs et une grande variété de plantes, bien sûr, mais aussi de nouveaux produits comme des fleurs artificielles ou préservées, des cadeaux, des articles de décoration et des produits funéraires comme des urnes, des reliquaires et même des bijoux.

«De nouveaux fournisseurs ont été trouvés afin d’étendre le choix de fleurs et de plantes à faire découvrir. Vous trouverez quotidiennement plus d’une trentaine de variétés de fleurs dans leur chambre froide. Et à chaque semaine, une nouvelle variété à faire découvrir», soulignent-ils fièrement.

Des artistes locaux sont aussi présents chez eux: cartes personnalisées à la main, boules de verre uniques, produits de Chocolat Samson de Trois-Rivières, ornements en fer forgé signés Marcel Milette, etc.

Pour Sophie et Louis-Philippe, tous les clients occupent une place importante. Le service y est très personnalisé, que ce soit pour des fleurs lors de funérailles, pour un mariage, une décoration de salle ou un petit bouquet pour dire simplement «je t’aime».

«Chez Marie-Antoinette, il n’y a pas de bouquets trop petits. Tout est fait avec amour et passion, en respect avec votre budget. Que vous ayez envie d’un agencement rustique ou stylisé, d’une composition plus moderne, exotique ou contemporaine, vous saurez apprécier la grande variété de fleurs et de verdures, ainsi que la fraîcheur de nos bouquets», promettent les commerçants.

Selon eux, les gens n’imaginent pas la quantité de travail qu’il y a derrière leurs bouquets de fleurs. «Il y a des centaines de personnes qui sont passées derrière, depuis la cueillette, l’empaquetage, le transport, la «bourse des fleurs», où 21 millions de fleurs transitent tous les jours, les distributeurs. Et une fois en magasin, les fleurs sont taillées, conditionnées, préparées et puis, mises en bouquet et emballées. Et il en va de même pour les végétaux», énumèrent-ils.

Avec l’arrivée de la Saint-Valentin, le couple s’attend à beaucoup de visites et, disent-ils, énormément d’énergie sera investie par tous les membres de «cette belle petite équipe». «Près de 500 personnes franchiront la porte, et ce, en une seule journée. Et on ne compte même pas les livraisons. Ça en fait des bouquets», confient Sophie et Louis-Philippe.

«Pour être de bons fleuristes, il faut d’abord être passionnés, déterminés et être prêts à donner des heures sans compter. La récompense se voit dans les yeux et le sourire de nos clients», concluent-ils.

Fleuriste Marie-Antoinette en chiffres

2015
Acquisition

1975
Année de fondation

500
Clients attendus à la St-Valentin