Un nouveau partenariat vient d’être annoncé entre deux voisins qui prendront beaucoup de place au centre-ville de Shawinigan. Tommy Tremblay (directeur marketing, communication et ventes chez les Cataractes) et Frédéric Lepage (président et directeur-général du Groupe Château Bellevue) ont expliqué les grandes lignes de cette association devant le chantier, mercredi matin.

Une initiative pour favoriser le bon voisinage

SHAWINIGAN — Voisin du Centre Gervais auto, le futur Château Bellevue de Shawinigan s’organise pour s’intégrer rapidement dans la communauté. Mercredi matin, la direction de cette résidence pour retraités autonomes a annoncé un partenariat d’affaires avec les Cataractes, qui encouragera les locataires à assister aux parties de la plus vieille franchise de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

En 2018-2019 et en 2019-2020, une cinquantaine de billets seront offerts gracieusement lors d’une soirée thématique présentée à chaque saison, dont les dates restent à être déterminées. De plus, le calendrier des parties locales sera intégré aux activités proposées par le Château Bellevue. Les résidents pourront réserver leurs billets sur place à compter de l’an prochain, à un tarif réduit qui n’a pas encore été précisé mais qui s’appliquera dès cette saison. De plus, une navette transportera les amateurs de hockey du Château Bellevue au Centre Gervais auto.

«Shawinigan étant une ville de hockey et comme nous représentons un complexe pour retraités actifs, pourquoi ne pas faire un partenariat avec les Cataractes?», témoigne Frédéric Lepage, président - directeur général du Groupe Château Bellevue. «Ils ont été très réceptifs à notre approche. Le partenariat va favoriser l’accès aux matches pour nos résidents.»

«Ça permet d’offrir des activités supplémentaires aux résidents», explique Tommy Tremblay, directeur marketing, communication et ventes chez les Cataractes. «Nous offrons la chance à ces gens de suivre une équipe de hockey junior majeur. Les résidents auront un rabais sur le prix du billet et une facilité pour s’en procurer, car la distribution pourra se faire directement au Château Bellevue pendant la semaine. Nous nous occuperons aussi d’aller chercher les résidents à la porte et de les reconduire après le match.»

M. Tremblay explique que les Cataractes ont vu une belle opportunité et il semble confiant que ce lien d’affaires entraîne d’autres initiatives. «On n’a jamais fait un partenariat de ce genre», sourit-il. «Nous avons encore plusieurs idées à développer.»

Ça avance
Ce partenariat a été annoncé dans le cadre de la pelletée de terre protocolaire effectuée en fin de matinée, sur un chantier déjà bien entamé. Une soixantaine de futurs résidents s’étaient déplacés pour l’occasion, en participant notamment à une petite marche symbolique autour du site.

Une fois de plus, M. Lepage a insisté sur le fait que la date de livraison du 30 novembre 2019 sera respectée. Il s’agit de la date arrêtée après la fin des travaux de décontamination, une mauvaise surprise qui a ajouté environ deux mois à l’échéancier initial.

Darren Bolduc, directeur de projets pour l’entreprise M. Grégore, ne voit plus d’embûches à l’horizon. Il précise que l’exiguïté des lieux fait partie des particularités du chantier de Shawinigan, sans pour autant que cela constitue un problème important.

«C’est mon huitième Château Bellevue», précise-t-il. «Ce n’est pas le plus rapide; nous avons fait Salaberry-de-Valleyfield en douze mois. L’échéancier est serré, mais très faisable. Ça va très bien; nous avons même pris un peu d’avance par rapport au nouvel échéancier qui a été fait à la suite de la décontamination.»

«Nous faisons actuellement le radier, ce qui représente les fondations du projet», explique M. Bolduc. «On parle de quatre mètres de béton, ce qui était requis compte tenu du type de sol qu’on avait. Nous levons aussi les premiers murs du premier des deux stationnements souterrains.»

Une quarantaine de travailleurs s’activent sur le chantier présentement, mais ils seront près de 200 vers la fin de l’hiver ou au début du printemps.

Rappelons que ce projet entraînera un investissement de 52 millions $ et la création d’une soixantaine d’emplois directs. Jusqu’ici, 65 % des 317 unités disponibles sont réservées, un engouement qui réjouit la direction.

Présent mercredi matin, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a réitéré toute la fierté que lui inspire ce projet, qui procure une opportunité aux retraités d’habiter un milieu de vie enviable au centre-ville.