Les trois propriétaires de Clinik Physik Mobile, Manon Charlebois, Noémie Deshaies Boulay et Francesca Lafrenière.

Une histoire de qualité de vie...

TROIS-RIVIÈRES — Graduées du Collège Ellis en technique de réadaptation physique, Manon Charlebois, Noémie Deshaies Boulay et Francesca Lafrenière ont décidé de démarrer leur entreprise, Clinik Physik Mobile, il y a plus d’un an.

Si les trois thérapeutes ont eu cette idée de se déplacer pour offrir leurs services de physiothérapie, c’est que le marché de l’emploi dans le domaine est contingenté en Mauricie et ce, tant en clinique privée que du côté des services publics. Et à tout ce contexte est venue s’ajouter l’ouverture du programme collégial de réadaptation physique à Trois-Rivières il y a quelques années.

«Non seulement la demande de main-d’œuvre était quasi nulle, mais en voyant la réalité du milieu professionnel lors de nos stages tant au privé qu’au public, il nous est apparu que le service des soins de physiothérapie à domicile pour les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, les mères de famille ou toutes autres personnes ayant une difficulté aux déplacements était inexistant», explique le trio.

De plus, font-elles remarquer, s’il existe au service public des programmes de maintien à l’autonomie pour les personnes âgées, les personnes habitant soit à domicile ou en résidence ne répondent pas tous malheureusement aux critères d’admissibilité pour les services du CLSC. «Et pourtant, un grand nombre d’entre eux bénéficieraient de ce genre de programmes», soulignent-elles.

Ainsi, le maintien ou la réappropriation des acquis «contribueraient grandement à diminuer les hospitalisations et éventuellement les relocalisations en résidence ou CHSLD dues aux chutes qui peuvent être évitables».

«D’ici 2026, la population québécoise de plus de 65 ans passera de 14 % à 25 % et comme nous le savons, la Mauricie est l’une des régions du Québec les plus vieillissantes avec la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine et le Bas-Saint-Laurent. Il est à considérer que le pourcentage sera plus grand ici. Nous sommes tous témoins que le système de santé connaît des difficultés quant à sa capacité d’accueil. Manque de lits, manque de personnel et, malheureusement, de plus en plus de gens doivent se tourner vers les soins au privé», indiquent les propriétaires de l’entreprise.

L’offre de service de Clinik Physik Mobile se décline donc en différents volets. Prévention des chutes, maintien de l’autonomie et analyse des risques à domicile: voilà ce que contient le volet gériatrique. Et sous cette catégorie, il y a aussi la tenue de classes d’exercices en résidence et de soins aux résidents.

Par ailleurs, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail ainsi que la Société de l’assurance automobile du Québec représente un bassin de clientèle potentiel pour le volet orthopédique. À la suite d’une évaluation d’un physiothérapeute ou d’une prescription adéquate d’un médecin, une prise en charge en physiothérapie est alors entreprise avec le demandant. D’ailleurs, Clinik Physik Mobile peut compter sur le physiothérapeute Jean-Philippe Boivin dans son équipe.

Et dans le bureau situé sur le boulevard des Forges, Manon Charlebois et Francesca Lafrenière peuvent même offrir des services de massothérapie, thérapeutique et détente.

Si les fondatrices de l’entreprise visent le mieux-être de leur clientèle, elles admettent finalement qu’en mettant sur pied Clinik Physik Mobile, elles ont aussi voulu «s’offrir une qualité de travail».