Maxime Vincent de la Distillerie Wabasso de Trois-Rivières avec une bouteille de sa liqueur de gin et d’érable devant la tour Eiffel, à Paris.

Une bouteille de la Distillerie Wabasso au président Macron

Trois-Rivières — En mission économique à Paris avec un groupe de jeunes entrepreneurs québécois, Maxime Vincent de la Distillerie Wabasso vient en quelque sorte de lancer une bouteille à la mer. Le fondateur de la distillerie de Trois-Rivières a remis une bouteille de liqueur de gin et d’érable Bourgeon à l’ambassadrice du Canada en France, Isabelle Hudon, car l’ancienne femme d’affaires souhaite la remettre au président de la République française, Emmanuel Macron.

Après une rencontre avec la déléguée du Québec à Paris, Line Beauchamp, le groupe d’entrepreneurs du Québec réunis par Réseau M, une organisation de mentorat pour entrepreneurs, a rencontré l’ambassadrice du Canada, Isabelle Hudon. C’est lors de cette rencontre que Maxime Vincent lui a fait goûter à la liqueur de gin et d’érable. «C’est mon nouveau produit. On a eu une belle rencontre», mentionne Maxime Vincent. «Chaque entrepreneur a présenté son produit et Mme Hudon a posé des questions. C’est une femme d’affaires très érudite.»

À la fin de cette rencontre, Maxime Vincent a remis une bouteille de liqueur de gin et d’érable à l’ambassadrice. Il ne se doutait toutefois pas du projet qu’elle avait en tête. «Elle m’a dit que dans les prochains jours elle allait rencontrer, lors d’un souper, Emmanuel Macron et qu’elle allait lui faire goûter», ajoute M. Vincent, toujours ébahi par le geste d’Isabelle Hudon.

«J’ai été surpris. Je ne m’attendais pas à ça. Mais ce n’est pas quelqu’un qui dit n’importe quoi. Vraiment, c’est super intéressant. Je suis chanceux.»

Cette bouteille pourrait bien entraîner de belles retombées pour la Distillerie Wabasso. À l’heure où la jeune entreprise souhaite percer le marché européen, ce geste de l’ambassadrice du Canada en France est grandement apprécié.

«En ce moment, l’exportation du Canada vers la France, c’est en moyenne 3 % d’augmentation par année et de la France vers le Canada, c’est 10 % d’augmentation par année. Pour l’ambassadrice, c’est très insuffisant comme retombées actuellement», précise Maxime Vincent. «On est allé se présenter là, pas pour faire les fanfarons. On a rencontré des distributeurs potentiels.»

Maxime Vincent et les autres entrepreneurs, qui devaient avoir 35 ans et moins lors du dépôt de leur candidature, ont aussi rencontré plusieurs délégués commerciaux qui pourront leur permettre de développer leur projet d’exportation en Europe. «Ce sont des entrepreneurs qui sont de partout du Québec et qui ont été choisis. Je suis toutefois le seul dans le domaine alimentaire», mentionne le cofondateur avec Guyaume Parenteau de la Distillerie Wabasso.

L’entreprise basée à Trois-Rivières continue sa croissance. Si bien qu’un premier employé a été embauché à temps partiel pour alléger la tâche des fondateurs de la distillerie. De plus, de nouveaux équipements devraient être achetés pour faciliter la production.