Alex Dorval, responsable des communications et du marketing pour l’événement MYCO-Rendez-vous de la gastronomie forestière, Pascal Thériault, de la microbrasserie Pit Caribou, Gustavo Nevares, le copropriétaire de la microbrasserie Le Temps d’une pinte et Michaël Martineau, de la microbrasserie La Pêcheresse.

Une bière inspirée de la forêt québécoise

TROIS-RIVIÈRES — Dans moins d’un mois, les amateurs de bières pourront déguster la bière forestière qui a été brassée lundi spécialement pour l’événement MYCO-Rendez-vous de la gastronomie forestière.

Cette bière collaborative a été créée par la Microbrasserie Le Temps d’une Pinte, la Microbrasserie Pit Caribou et la Microbrasserie La Pécheresse. Elle pourra être dégustée dans plusieurs restaurants participants et dans ces trois microbrasseries lors de l’événement qui aura lieu du 4 au 8 octobre prochain à Trois-Rivières.

Lundi, Gustavo Nevares, copropriétaire de la microbrasserie Le temps d’une pinte (LTDP), était grimpé au sommet de l’un de ses gros réservoirs au second étage de son restaurant et brassait cette mouture de bière qui devrait évoquer les souvenirs d’une balade en forêt. Au total, 2000 litres ont été produits lundi sous l’œil attentif des trois microbrasseurs. Une quantité qui devrait disparaître rapidement si l’on en croit les créateurs.

Gustavo Nevares, copropriétaire de la microbrasserie Le temps d’une pinte, qui brasse cette mouture unique de bière.

Une bière collaborative
«Lorsque nous brassons une bière collaborative, nous divisons la tâche en trois. La recette de grains est une création de LTDP, les aromates ont été cueillis par La Pêcheresse et le processus de fermentation a été développé par le Pit Caribou», raconte Alex Dorval, responsable des communications et du marketing pour l’événement MYCO-Rendez-vous de la gastronomie forestière. Pascal Thériault de la microbrasserie Pit Caribou avait fait la route depuis la Gaspésie. « Nous avons recueilli la levure sur un cerisier sauvage. C’est une technique que nous développons et nous travaillons également sur l’ADN de la levure», raconte le brasseur. De son côté, Michaël Martineau, de La Pêcheresse arrivait de La Tuque. «Ma conjointe et moi avons cueilli les herbes qui serviront à aromatiser la bière. Nous les infuserons à froid à la fin du processus de création», explique-t-il.

Attablés autour d’un verre, les trois microbrasseurs discutaient bières pendant que la chimie se créait dans le réservoir. «Il s’agit d’une bière de gruyt réalisée à partir d’un assemblage d’épices et d’aromates, une technique qui date du Moyen-Âge. Ce mélange remplaçait l’usage du houblon à l’époque», précise M. Nevares.

Les concepteurs expliquent que l’objectif est de créer une bière faite 100 % à partir de produits québécois. «La bière sera dévoilée en grande première le 3 août en soirée lors du colloque sur la mycologie et ensuite, les gens pourront la goûter au MYCO-Rendez-vous de la gastronomie forestière», souligne fièrement Alex Dorval.

Une chose est certaine, les trois brasseurs ont bien hâte de goûter aussi à cette grande création. Il ne reste plus que le nom de leur chef d’œuvre à trouver. «Généralement, nous attendons de goûter avant de baptiser notre bière, mais nous avons actuellement en tête Foliage. Il s’agit d’un nom en chantier. Nous verrons si nous le conserverons», confie M. Dorval. Peu importe le nom, dans moins d’un mois, les amateurs de bières pourront déguster cette édition limitée et inspirée de la forêt québécoise.