Alain Lemieux est vice-président développement stratégique et acquisitions de Noovelia, l’entreprise qui a présenté le «Kencee u2».
Alain Lemieux est vice-président développement stratégique et acquisitions de Noovelia, l’entreprise qui a présenté le «Kencee u2».

Une balise de distanciation sociale fabriquée à Louiseville

Trois-Rivières — Une entreprise de Louiseville propose une solution bien concrète qui pourrait permettre aux entreprises et organismes de s’adapter et de mettre en application les exigences de distanciation sociale liées à la pandémie de la COVID-19. Spécialisée en gestion des flux numériques et physiques des entreprises, Noovelia présente «Kencee u2», une balise de distanciation sociale conçue entièrement au Québec.

«Il y a beaucoup de précision en raison de la technologie qu’on utilise. C’est plus évolué qu’un Bluetooth. C’est aussi un produit qui vient d’ici», explique Alain Lemieux, vice-président développement stratégique et acquisitions de Noovelia.

Fonctionnant par radiofréquence, via la technologie ultra-wideband qui permet un maximum de précision, le «Kencee u2» offre sécurité et quiétude aux travailleurs ainsi qu’à leur employeur.

La balise de distanciation sociale de type «plug & play» peut être attachée aux vêtements des employés ou tout simplement se glisser dans une poche.

La technologie de la balise a été développée il y a environ deux ans, bien avant le début de cette pandémie et n’était pas conçue pour cet usage à l’origine.

Noovelia a voulu faire preuve d’audace, d’agilité et de créativité en l’adaptant au contexte actuel.

«On a mis beaucoup de recherche et développement. On a lancé le produit «Kencee» qui est la première version. On travaille là-dessus depuis deux ans pour aider les entreprises manufacturières à être plus efficaces dans leurs opérations, à évaluer la gestion des temps et mouvements ou la traçabilité à l’intérieur de ces usines-là. C’est un produit déjà commercialisé. Quand la COVID est arrivée, on s’est dit qu’on pouvait l’adapter et l’amener dans le marché. C’est aussi un produit qui peut être évolutif, ça pourrait être mis à jour et aller vers d’autres portabilités technologiques si jamais les gens voulaient le faire», explique Alain Lemieux.

Le fonctionnement est plutôt simple pour la distanciation sociale. Lorsqu’une personne arrive à proximité d’une autre, selon la règle en vigueur, deux mètres dans ce cas-ci, la balise envoie un avertissement sonore, lumineux et par vibrations.

Le «Kencee u2» est un nouvel outil de distanciation sociale de l’entreprise Noovelia.

«Son utilité est qu’elle sert à protéger la santé des employés qui sont les principales ressources des entreprises et par le fait même la continuité des opérations», indique M. Lemieux.

«Nous visons principalement les entreprises et les organisations, car une balise doit en détecter une autre pour être efficace. Il faut que toutes les personnes dans le même environnement en portent une pour qu’elles puissent communiquer entre elles. Bref, la COVID-19 a changé la face du monde et modifiera les habitudes sanitaires de l’humain pour un bon moment et c’est à nous de trouver les moyens de vivre avec elle de façon sécuritaire», ajoute-t-il.

Les premières livraisons se feront à compter de la mi-juin. Plus de 10 000 unités du «Kencee u2» seront produites dans un premier temps et chaque unité se détaillera autour de 150 $. L’entreprise assure être en mesure de répondre à la demande.

«Il y a déjà des clients qui ont manifesté leur intérêt pour la sortie officielle. C’est certain qu’il y a un coût, mais là il faut prendre en compte aussi toute la portabilité fonctionnelle pour plus tard. Ça devient un actif intéressant», souligne le vice-président développement stratégique et acquisitions de Noovelia.

«On va s’activer en conséquence avec la demande», affirme-t-il.

Viser plus loin

Cette annonce, assure-t-on, n’est que la première phase du projet. Noovelia voit grand pour cette technologie. Le produit pourrait permettre aux entreprises qui en font l’acquisition d’intégrer d’autres fonctions. D’ailleurs, l’entreprise travaille à pied d’œuvre à développer davantage la balise.

«Il y a plusieurs choses qu’on pourrait faire avec la balise. On veut que le produit ait une continuité. La créativité est quand même drôlement intéressante», assure Alain Lemieux.

Les versions futures pourraient offrir diverses configurations comme une gestion d’accès avec registre, une traçabilité d’historique des déplacements, des alarmes de proximité, une localisation en temps réel, le déclenchement de processus automatisés.

«Chez Noovelia, nous désirons plus que jamais contribuer à la santé et à la sécurité des travailleurs», insiste M. Lemieux.