Louiseville a terminé 2018 en ayant délivré 495 permis de construction.

Une baisse de 10 % à Louiseville

Louiseville — La valeur des permis de construction a subi une baisse de 10,26 % en 2018 à Louiseville, mais si le projet d’agrandissement de la résidence des Bâtisseurs avait été inclus dans sa totalité, la Ville aurait établi un record en la matière.

Louiseville a terminé l’année 2018 en ayant délivré 495 permis dont la valeur totale est de 15 169 347 $, comparativement à 16 903 362 $ en 2017. Le grand chantier de la phase 2 de la résidence des Bâtisseurs est évalué à 7,2 millions $. Mais devant les courts délais entre le début des travaux à l’automne et la remise des plans, la Ville a délivré en 2018 un permis qui couvre seulement la fondation de l’immeuble, soit 950 000 $. La valeur du permis concernant l’agrandissement sera comptabilisée en 2019.

«Le délai était trop court pour les Bâtisseurs. C’est dommage pour 2018, mais il faut suivre la réglementation. Mais ça commence bien 2019! Et pour 2018, avec 15 millions $, c’est une bonne année. Mais on en veut toujours plus et on travaille énormément pour que ça augmente», raconte le maire, Yvon Deshaies.

La Ville de Louiseville compile des statistiques sur la valeur des permis depuis 1990. À ce jour, l’année 2011 a été la meilleure avec un total de 19 441 352 $.

Le rapport de 2018 indique que des permis ont été délivrés pour construire 20 unités de logement. De ce nombre, 13 sont dans la catégorie des maisons unifamiliales et jumelées. La valeur moyenne par unité pour cette catégorie est de 215 261,54 $.

«Avoir 20 unités de logement, c’est bien pour ce qu’on a à offrir. On n’a plus grand choix de terrains. C’est pour ça qu’on doit développer au moulin Tourville», souligne le maire, concernant le prolongement de rues dans ce secteur résidentiel qui permettra d’accueillir 96 logements en 2020.

La catégorie des nouvelles constructions regroupe l’érection d’un immeuble de bureaux dans l’est de la ville (investissement de 1,8 million $ pour la clinique dentaire Gagnon et des bureaux en location) et la construction d’un immeuble commercial pour le magasin Dollarama (valeur de 450 000 $).