Audrey et Julie Cossette ont donné un nouveau souffle au coeur du village de Saint-Prosper en ouvrant une boutique sur la rue Principale.

Une affaire de famille à Saint-Prosper

L'une d'elles est spécialisée en administration, l'autre est chef pâtissière et cuisinière. Les soeurs Julie et Audrey Cossette, propriétaires de l'entreprise Mlles Traiteur et Chef à domicile, viennent d'ajouter, il y a quelques jours, un nouveau volet à leur jeune entreprise en ouvrant une boutique gourmande sur la rue Principale de leur municipalité, Saint-Prosper.
Elles donnent ainsi un souffle nouveau au coeur du village qui avait perdu son épicerie, il y a quatre ans ainsi que sa caisse populaire, plus récemment.
L'emplacement choisi par les soeurs Cossette pour ouvrir leur nouveau commerce, Mlles La Boutique, possède toute une histoire puisqu'il s'agit justement de la maison où était située l'ancienne épicerie tenue jadis par leur grand-père, Ovila, qui l'avait ouverte en 1945, juste après la Deuxième Guerre mondiale.
Puis l'épicerie avait fait place à une boucherie que tenait leur père, Pierre. Il y fabriquait une saucisse et des pâtés qui attiraient de la clientèle de toute la région.
Pierre Cossette avait racheté l'épicerie de son père en 1983, le jour où Audrey est née. Puis Audrey l'a rachetée de son père en 2013.
C'est à ce moment-là, il y a un an et demi que, surfant sur la bonne réputation du commerce familial, les soeurs Cossette ont démarré leur service de traiteur et de chef à domicile.
«Les gens nous demandaient si l'on allait faire de la saucisse comme notre père en faisait. On s'est dit que la demande était là et les gens faisaient le détour pour venir», raconte Audrey Cossette.
Les affaires ont vite pris de l'ampleur. «Les gens venaient chercher leurs commandes chez nous et ça devenait plus compliqué un peu», raconte Audrey, d'où l'idée de convertir à nouveau une partie de sa maison pour en faire un commerce d'alimentation avec l'aide de leur frère qui est charpentier-menuisier.
Dans leur boutique gourmande, on trouve de tout: brochettes, viandes marinées, steaks, petits plats et une quinzaine de sortes de saucisses inspirées des recettes de leur père, un clin d'oeil à l'ancienne vocation du bâtiment. On peut aussi prendre un bon café et consommer sur la petite terrasse des pâtisseries qui, à l'exception des viennoiseries, sont toutes fabriquées sur place. La boutique vend aussi des produits raffinés fabriqués par des artisans de la région.
Les soeurs sont heureuses de dire que leur père vient souvent leur donner un coup de main pour fabriquer, entre autres, ses fameuses saucisses.
Le maire de Saint-Prosper, Michel Grosleau, est évidemment extrêmement heureux de voir un commerce comme celui-ci venir revitaliser le coeur du village. «Grâce à leur initiative et à leur entrepreneuriat, elles relancent un peu la municipalité», se réjouit-il.
«Ça faisait quatre ou cinq ans que l'épicerie était fermée et on n'avait plus de caisse populaire non plus», rappelle-t-il en signalant que des services de guichet automatique sont maintenant accessibles au bureau municipal sur les heures ouvrables.
La Cabane Chez Roger est fermée, ajoute le maire, mais la ferme La Bisonnière demeure active de même qu'une quincaillerie ouverte il y a deux ans par deux jeunes entrepreneurs.
«Ce sont des jeunes qui s'impliquent et qui croient en leur municipalité», se réjouit le maire, fier d'annoncer qu'un nouveau service Internet est aussi accessible au village, maintenant.
Ces nouveautés sont d'autant plus importantes que Saint-Prosper travaille présentement en vue d'un développement domiciliaire d'une vingtaine de maisons.