Jacques Goulet

Un Shawiniganais à la tête de la Financière Sun Life

Shawinigan — L’une des plus importantes compagnies des domaines de l’assurance et de la gestion de patrimoine du pays sera menée par un Shawiniganais dans la Ville-Reine. Jacques Goulet a récemment accédé à la présidence de la Financière Sun Life à Toronto.

À la barre de l’entreprise, il sera responsable des divisions des garanties collectives et des régimes collectifs de retraite, ainsi que des secteurs de la gestion de patrimoine, de l’assurance et des placements.

«C’est une entreprise extraordinaire et qui joue un rôle important dans la société au Canada. Avec le vieillissement de la population, il y aura de plus en plus d’enjeux en lien avec la santé et la sécurité financière. C’est le cœur des activités d’une société comme la Sun Life. C’est une entreprise de plus en plus pertinente», se réjouit M. Goulet.

Le Shawiniganais fait le saut après avoir passé les 29 dernières années chez Mercer, où il a occupé le poste de président des domaines santé et avoir de l’entreprise. Un rôle qui l’a amené un peu partout en Europe, au Canada ainsi qu’aux États-Unis Tout un parcours pour celui qui a quitté la Mauricie pour obtenir son diplôme en actuariat à l’Université Concordia.

«J’ai gradué de la polyvalente des Chutes en 1984. Ça fait longtemps, mais je retourne fréquemment à Shawinigan, en plus d’avoir un chalet dans la région. Après être parti à Montréal, j’ai travaillé à Toronto, New York, Paris et Genève. Mais quand les gens me demandaient d’où je venais, je disais que j’étais un gars de Shawinigan. Je n’ai pas eu l’opportunité de me donner le nom de Petit gars de Shawinigan, parce que quelqu’un d’autre l’a pris. Je suis arrivé en retard! Mais chaque fois que j’ai eu l’opportunité de promouvoir mes racines, je l’ai fait et j’en suis fier», lance-t-il avec un clin d’oeil à l’ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien.

À 52 ans, il estime que le défi est intéressant, particulièrement avec tous les enjeux liés au vieillissement de la population et la croissance de l’espérance de vie. Il dit d’ailleurs être l’exemple parfait des gens de sa génération qui devront ou auront l’opportunité de travailler plus longtemps. «À 52 ans, je suis encore jeune!»

Jacques Goulet est l’un des membres de la famille de Joseph-Damien Goulet de Shawinigan, fondateur de l’entreprise de plomberie J.D. Goulet.

«Mon grand-père a démarré l’entreprise en 1949, mon père l’a reprise, puis mon frère et mon neveu. Moi, j’ai bifurqué. Je suis le seul dans la famille qui n’a pas suivi la lignée en plomberie. Mais ils ne me l’ont jamais reproché et ont toujours été très sympathiques avec moi», conclut-il en rigolant.