La propriétaire de l’entreprise Belle à croquer, Valérie Buist, et son conjoint et associé, Sébastien Vincelette.

Un investissement de 325 000 $

SAINTE-THÈCLE — La boutique Belle à croquer de Sainte-Thècle a récemment subi une cure de rajeunissement qui a nécessité un investissement de 325 000 $.

La propriétaire de l’endroit, Valérie Buist, souligne que ce projet d’agrandissement était nécessaire afin de notamment conserver le bon positionnement de l’entreprise de produits de soins corporels et maintenir l’augmentation de la production. L’inauguration de la boutique 2.0 s’est d’ailleurs faite, en fin de journée jeudi, en présence de représentants d’organisme impliqués dans le projet.

L’agrandissement a entre autres permis à l’entreprise de se doter d’un laboratoire de mixologie. Cette nouvelle installation donnera accès aux clients à un service de produits de soins corporels sur mesure en vrac qui seront préparés devant eux. L’atelier de production a également été agrandi considérablement et entraîne une multiplication de cette dernière par 10.

De plus, afin de répondre à la demande sans cesse grandissante pour ses produits agroalimentaires, Belle à croquer peut également compter sur une nouvelle cuisine certifiée dans laquelle seront concoctées les denrées à base de fleurs comestibles cultivées par la propriété, Valérie Buist. Une nouvelle section où l’on retrouve des produits vestimentaires de créateurs québécois fait aussi partie des ajouts.

Fondée en 2006, l’entreprise locale a vu son chiffre d’affaires décuplé au cours des années. Le nombre de produits fabriqués est passé de 25 à 400 et le nombre d’employés de 1 à 8.