Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé, Simon Allaire, député provincial de Maskinongé, Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé, et Marie-Christine Hudon, directrice des communications, du développement durable et de la jeunesse de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie, étaient présents jeudi pour annoncer le début du chantier d’aménagement de la future centrale agroalimentaire régionale Agroa Desjardins.
Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé, Simon Allaire, député provincial de Maskinongé, Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé, et Marie-Christine Hudon, directrice des communications, du développement durable et de la jeunesse de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie, étaient présents jeudi pour annoncer le début du chantier d’aménagement de la future centrale agroalimentaire régionale Agroa Desjardins.

Un équipement avec du potentiel: la centrale agroalimentaire régionale Agroa Desjardins ouvrira cet automne

Louiseville — À quelques jours du début de la construction du centre agroalimentaire régionale Agroa Desjardins, la demande des producteurs locaux est telle que la direction de la MRC de Maskinongé a bon espoir d’ouvrir les lieux cet automne avec une pleine occupation des lieux.

La MRC avait convoqué la presse régionale jeudi pour annoncer le début du chantier de cette centrale agroalimentaire située à Louiseville. La bâtisse qui abritait jadis les Boiseries Leblanc sera transformée à partir de lundi en lieu de production, de transformation et de vente de produits agroalimentaires. Cuisine, vastes espaces de production, quai de transbordement et équipements réfrigérés seront aménagés dans cette bâtisse. Le lieu offrira aussi des bureaux administratifs et une salle de conférence. Une boutique aux allures d’un petit marché réunissant des producteurs qui pourront vendre leurs produits à la population sera installée dans le hall de la bâtisse.

Le dossier d’une centrale agroalimentaire est dans les cartons de la MRC de Maskinongé depuis deux ans. Robert Lalonde rappelle que cet équipement est un réel besoin et que la demande justifie un investissement global de quelque deux millions de dollars, soit 1,65 million de dollars pour l’aménagement de la bâtisse et environ 300 000 $ pour le budget de fonctionnement.

«Même dans ma bâtisse industrielle (située dans le parc industriel régional de la MRC à Louiseville), on me demandait si l’agroalimentaire pouvait entrer. La bâtisse n’est pas faite avec les scénarios exigés par l’industrie alimentaire. C’est pour ça qu’on a créé une autre entité. Si on commençait demain, on serait déjà plein», raconte M. Lalonde, le préfet de la MRC de Maskinongé.

Il est difficile de connaître combien d’entreprises vont loger dans cette centrale agroalimentaire, étant donné que les locataires pourront déterminer avec la direction la superficie requise pour leur production dans cette bâtisse de 17 000 pieds carrés. Mais selon Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du service de développement économique et du territoire de la MRC deMaskinongé, la centrale attire les regards.

«On a plus de 15 entreprises qui sont intéressées à venir à la centrale. L’annonce d’aujourd’hui (jeudi) va aider. C’est vraiment une belle nouvelle», ajoute M. Bourassa, lui aussi persuadé du succès de cette centrale agroalimentaire.

La compagnie Félix et Ciboulette était présente lors de la conférence de presse afin de faire déguster ses produits. Ce service de traiteur de Saint-Justin spécialisé en repas pour les centres de la petite enfance et en repas prêts à manger fera partie des locataires de la centrale, assure le chef propriétaire, Félix Gagnon.

«On est une jeune entreprise, on est là depuis quatre ou cinq mois. Ce qui nous intéresse dans cette centrale est le partenariat avec les autres entreprises, le fait qu’on va travailler ensemble et développer de nouveaux produits. On a accès à des locaux bien équipés et le prix au pied carré est attrayant.»

La MRC de Maskinongé profite de l’appui du Mouvement Desjardins. L’institution financière fournit une subvention de 750 000 $.

Le gouvernement du Québec, via le Fonds d’appui au rayonnement des régions, verse une subvention de 300 000 $. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec remet une subvention de 47 000 $.