Les partenaires du pilotage ont remis un don de 300 000 $ à la Fondation de l’Institut maritime du Québec. Sur la photo, on retrouve dans l’ordre habituel, Simon Pelletier, président de l’Association des pilotes maritimes du Canada, Alain Arseneault, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, Maryse Paré, directrice adjointe au service à la clientèle – Océan et coprésidente de la campagne de financement de la Fondation de l’IMQ, Christian Ouellet, expert-conseil en sécurité et efficacité maritimes, Michèle Bergevin, directrice générale de l’Administration de pilotage des Grands Lacs, Geneviève Allard, présidente de la Fondation de l’Institut maritime du Québec et Yves Plourde, président de la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent.
Les partenaires du pilotage ont remis un don de 300 000 $ à la Fondation de l’Institut maritime du Québec. Sur la photo, on retrouve dans l’ordre habituel, Simon Pelletier, président de l’Association des pilotes maritimes du Canada, Alain Arseneault, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, Maryse Paré, directrice adjointe au service à la clientèle – Océan et coprésidente de la campagne de financement de la Fondation de l’IMQ, Christian Ouellet, expert-conseil en sécurité et efficacité maritimes, Michèle Bergevin, directrice générale de l’Administration de pilotage des Grands Lacs, Geneviève Allard, présidente de la Fondation de l’Institut maritime du Québec et Yves Plourde, président de la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent.

Un don de 300 000 $ pour valoriser les carrières maritimes

Amélie Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Malgré le fait que les derniers mois ont démontré l’importance de l’industrie maritime, la pénurie de main-d’oeuvre que connaît le Québec actuellement ne semble pas vouloir épargner ce domaine d’activité. C’est dans cette optique que des partenaires du pilotage remettent un don de 300 000 $ à la Fondation de l’Institut maritime du Québec (IMQ), dans le cadre d’une campagne majeure de financement.

En effet, ce don majeur effectué par l’Administration du pilotage des Laurentides, la Corporation des Pilotes du Saint-Laurent central, la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent, l’Administration de pilotage des Grands Lacs, la Guilde de la Marine marchande du Canada et l’Association des pilotes maritimes du Canada s’inscrit dans le cadre de la campagne majeure de financement 2019-2024 de la Fondation, afin de rendre l’industrie maritime qui est actuellement en pénurie de main-d’oeuvre plus attrayante aux yeux de la population, en plus de valoriser les carrières maritimes.

«La quasi-totalité de nos pilotes ont fait leurs études à l’IMQ et c’est une fierté. Aujourd’hui dans un contexte de pandémie, nous avons pu constater à quel point l’industrie maritime joue un rôle de premier plan alors que nous vivons une pénurie de main-d’œuvre majeure. Nous souhaitons que cette initiative de la Fondation et de l’IMQ permette de faire parler des carrières maritimes et donne ainsi un nouveau souffle au recrutement», souligne le capitaine Alain Arseneault, président de la Corporation des Pilotes du Saint-Laurent central et porte-parole pour les partenaires du pilotage.

L’objectif de cette campagne s’élève à 2,5 millions $. La Fondation de l’Institut maritime du Québec poursuit donc sa campagne de financement en ce sens.

Un projet de murale pour renforcer l’identité maritime

Par ailleurs, afin de reconnaître l’apport de ce don, les partenaires du pilotage pourront également profiter d’une autre visibilité grâce à un projet de murale qui sera effectué sur le bâtiment de l’IMQ.

Ce projet qui unira l’art et l’histoire fera quant à lui l’objet d’un appel de candidatures auprès du milieu artistique québécois le 27 octobre prochain, dans le cadre de la journée maritime québécoise.

«Étant donné l’histoire qui nous unit et le soutien infaillible des pilotes envers l’IMQ, c’était tout naturel de collaborer avec eux pour développer un projet qui saura relater leur histoire. Une histoire faite de savoirs, de maîtrise des eaux et du climat, de contacts et d’échanges avec d’autres peuples marins», ajoute la directrice de l’IMQ, Mélanie Leblanc.