Un employé du marché IGA des Chenaux est atteint du coronavirus.
Un employé du marché IGA des Chenaux est atteint du coronavirus.

Un cas de COVID-19 au Marché IGA des Chenaux: «les gens veulent être rassurés»

Trois-Rivières — En annonçant publiquement qu’un de ses employés est atteint de la COVID-19, la direction du marché IGA des Chenaux famille Paquette prend le pari que la franchise en temps de pandémie sera payante à long terme.

Ce commerce d’alimentation de Trois-Rivières est au nombre des magasins de la chaîne IGA à avoir dévoilé la présence de cas de coronavirus parmi son personnel. Un employé qui se sentait mal n’est plus au travail depuis le 27 mars et a passé un test de dépistage le 4 avril. Deux jours plus tard, la direction était mise au courant que le résultat était positif. Elle n’a pas hésité à en faire l’annonce même si ce genre de nouvelle peut inciter des clients à aller faire leurs emplettes ailleurs.

«On ne pourrait pas faire autrement que d’annoncer le cas, par souci de transparence. C’est une valeur qu’on a envers nos employés et nos clients. Les gens nous font confiance pour s’alimenter. Ça peut être payant même si ça peut avoir des effets négatifs. Avec l’annonce, il y a la question des ventes à savoir si ça va baisser. La question est dans notre tête. Mais à long terme, on pense qu’on peut être gagnant. J’encourage les entreprises à faire preuve de transparence. Les gens veulent être rassurés. Des entreprises décident de ne pas dévoiler ce genre d’information. Est-ce qu’on est plus en sécurité dans ces entreprises? La vérité finit toujours par payer à long terme», commente mercredi Francis Desrochers, copropriétaire du supermarché, en ajoutant que les premiers commentaires reçus de la part des clients démontrent que cette transparence est bien accueillie.

Selon M. Desrochers, les employés ont été contactés dès le 6 avril et la direction a pris les mesures qui s’imposent pour rassurer tout le monde et pour accentuer le nettoyage du commerce. La direction affirme avoir vérifié si des collègues ou des clients avaient été en contact direct avec le travailleur infecté, c’est-à-dire avoir été à une distance de moins de deux mètres pendant plus de 15 minutes, jusqu’à cinq jours avant son dernier quart de travail. Cela n’est pas le cas. Une équipe spécialisée est arrivée au magasin à la fin de la journée de travail, lundi, pour désinfecter le magasin en entier, incluant les bureaux et les espaces communs.

D’après la direction, le respect des mesures sanitaires de la part des employés du supermarché a permis d’éviter que d’autres personnes soient atteintes du virus.

«Les employés se tiennent loin les uns des autres. Dès le début, on a mis en place la consigne du lavage de mains toutes les 15 minutes. Les employés désinfectent ce qu’ils utilisent avant et après l’utilisation», énumère M. Desrochers.

Ces consignes s’ajoutent à celles demandées aux clients qui les respectent de plus en plus, estime M. Desrochers.

«Depuis deux semaines, nous avons des gens à l’entrée qui demandent aux clients de se laver les mains. On a mis de l’affichage dans nos allées pour la règle des deux mètres. On dirige le trafic avec des sens uniques! Depuis deux ou trois jours, il y a une meilleure réceptivité de la part des clients. On reste des opérateurs de magasin, on fait ce que la santé publique nous demande de faire. C’est une course contre la montre.»

Un deuxième cas de COVID-19 a été détecté au sein du personnel d’un supermarché de la Mauricie, soit au magasin IGA famille Gauthier situé sur la 105e Avenue à Shawinigan. Lorsque contactée par Le Nouvelliste, la direction du commerce a référé la demande d’entrevue au service des communications de la compagnie Sobeys.