Jean-Marc Pittet, président et directeur général d’Elmec, avec son capteur de courant intelligent.

Un capteur de courant intelligent

Shawinigan — L’entreprise Elmec de Shawinigan poursuit ses recherches dans la filière environnementale, qui aboutiront notamment par le lancement de son tracteur autonome cet automne, après cinq ans de recherche. En attendant, son président et directeur général, Jean-Marc Pittet, annonce la création d’un capteur de courant intelligent, un petit appareil qui module l’alimentation en électricité selon les besoins.

Spécialisée dans la conception de bornes de recharge résidentielles pour les véhicules électriques, Elmec a mis au point ce capteur en pensant en particulier aux propriétaires d’immeubles à condos ou aux commerces qui souhaitent installer ces stations en réduisant leurs frais.

En effet, ce petit boîtier envoie l’information sur la consommation d’électricité du moment lue aux bornes de recharge, qui peuvent alors ajuster le courant. Si, à ce moment, les autres besoins domestiques sollicitent trop d’énergie, la recharge des bornes s’interrompra automatiquement, jusqu’à ce que courant redevienne disponible.

Le principal avantage de ce capteur de courant intelligent, qui se détaillera autour de 500 $ l’unité, consiste à permettre l’installation de bornes de recharge dans un même panneau électrique sans avoir à augmenter sa puissance.

M. Pittet rappelle que le gouvernement provincial a annoncé, plus tôt cette année, une contribution de 50 % à l’achat de bornes pour les immeubles de cinq logements et plus. Il considère que son nouveau produit devient un complément d’autant plus pertinent dans ces circonstances.

«On part du compteur du particulier, on mesure sa consommation avec un capteur de courant et ce qui reste est envoyé à la borne», résume l’homme d’affaires. «C’est une particularité de nos bornes EVduty: elles sont modulables.»

M. Pittet estime qu’en hiver, un immeuble à condos utilisera environ 60 % du courant disponible. Cette proportion tomberait, selon lui, à 40 % en été.

«À mon avis, il y a beaucoup de courant à aller chercher pour alimenter les bornes», fait-il remarquer.

Une cinquantaine d’unités ont été écoulées en prévente, principalement à Montréal, jusqu’à maintenant. M. Pittet veut devenir le principal fournisseur au Québec au cours de la prochaine année.

Tracteur autonome

Parallèlement, Elmec achève le développement de son projet Érion, un tracteur totalement électrique et intelligent, un produit qui aidera les agriculteurs à contrer la pénurie de main-d’oeuvre. De plus, cet équipement pourra sonder et collecter des données sur l’état du sol, les maladies, la croissance des plantes, les mauvaises herbes... 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

«Le prototype devrait sortir vers la mi-octobre», estime M. Pittet, qui travaille sur ce projet depuis cinq ans avec l’Institut du véhicule innovant.

Elmec est également devenue propriétaire récemment d’un camion Tesla Semi, au coût de 275 000 $, pour la distribution des produits. Ce véhicule pourra être utilisé pour d’autres entreprises qui voudront réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.