Selon le site d’annonce publicitaire de TikTok, la plateforme est disponible dans plus de 150 pays. Elle compte environ un milliard d’utilisateurs.
Selon le site d’annonce publicitaire de TikTok, la plateforme est disponible dans plus de 150 pays. Elle compte environ un milliard d’utilisateurs.

Trump interdit toute transaction avec le propriétaire chinois de TikTok d’ici 45 jours

Agence France-Presse
WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a signé un décret jeudi interdisant, d’ici 45 jours, toute transaction avec ByteDance, la maison-mère chinoise du réseau social TikTok.

Le chef de l’État évoque une «urgence nationale» au sujet de l’application de vidéos légères qu’il accuse, sans preuve, d’espionner ses utilisateurs américains pour le compte de Pékin, dans un contexte de tensions commerciales et politiques avec la Chine.

Il a accepté lundi la possibilité qu’un groupe américain rachète TikTok, mais avant le 15 septembre, sous peine de bannir la plateforme.

L’interdiction porte aussi contre la plateforme WeChat, qui appartient au géant Tencent.

«Comme TikTok, WeChat capture automatiquement de larges pans d’information sur ses utilisateurs, menaçant ainsi de donner accès au Parti communiste chinois à des informations personnelles sur les Américains», justifie le décret.

Le Sénat américain a aussi adopté jeudi à l’unanimité un projet de loi qui interdit le téléchargement et l’utilisation de TikTok sur tout appareil délivré par le gouvernement à ses employés ou aux membres du Congrès.

«TikTok représente un risque de sécurité majeur et n’a pas sa place sur les appareils du gouvernement», a tweeté le service de presse du sénateur républicain Josh Hawley, coauteur du texte.

Après son passage au Sénat, contrôlé par les républicains, ce texte devra encore être approuvé par la Chambre des représentants, à majorité démocrate, pour que Donald Trump puisse ensuite le promulguer.

Mercredi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait prévenu que les États-Unis souhaitaient bannir des téléphones américains non seulement TikTok mais aussi d’autres applications chinoises jugées à risque pour la sécurité nationale.

Microsoft négocie pour acquérir l'ensemble des activités de Tik Tok

Par ailleurs, le géant américain de l’informatique Microsoft, en pleines négociations pour le rachat de TikTok aux États-Unis, souhaite aussi acquérir l’ensemble des activités mondiales du réseau social, écrit jeudi le Financial Times.

Selon le quotidien économique britannique, qui s’est entretenu avec des sources proches du dossier, le plan de Microsoft comprendrait tous les pays où TikTok est présent. 

Dimanche, le groupe californien avait confirmé son intention de racheter «le service TikTok aux États-Unis, au Canada, en Australie et Nouvelle-Zélande». 

La volonté d’étendre cette offre au reste du monde viendrait notamment du fait que les utilisateurs pourraient avoir des difficultés à utiliser l’application en voyageant d’un pays à un autre si celle-ci était opérée par différentes entreprises. 

La scission de certains services administratifs, comme le département de ressources humaines, pourrait également s’avérer problématique. 

Et la question de la compétitivité face aux autres grandes plateformes mondiales pourrait se poser si le réseau social était séparé en plusieurs morceaux. 

Selon le site d’annonce publicitaire de TikTok, la plateforme est disponible dans plus de 150 pays. Elle compte environ un milliard d’utilisateurs. 

Elle n’existe toutefois pas en Chine, où ByteDance, la maison mère du réseau social, propose un service similaire, mais séparé, appelé Douyin. 

En Inde, l’application est interdite depuis fin juin, le gouvernement l’ayant placée en tête de la liste de 59 applications chinoises bloquées pour «assurer la sécurité et la souveraineté du cyberespace indien». 

Une source citée par le Financial Times confirme que les négociations sont en cours pour le rachat par Microsoft des activités indiennes de TikTok, mais que ByteDance pourrait se tourner vers d’autres acquéreurs si celles-ci échouaient. 

En fin de semaine dernière, Donald Trump avait menacé d’interdire TikTok aux États-Unis, accusant — sans preuve — ByteDance de communiquer des données confidentielles à Pékin.