Hasssan Chellah, président de la Chambre immobilière de la Mauricie.

Trois villes mauriciennes parmi les plus abordables sur le marché immobilier

TROIS-RIVIÈRES — Plusieurs villes et municipalités de la Mauricie se sont démarquées dans le Palmarès 2018 du marché immobilier résidentiel au Québec, publié par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). C’est le cas de Saint-Alexis-des-Monts, qui arrive en tête du palmarès des secteurs où le prix médian des résidences unifamiliales a le plus augmenté, avec une hausse de 35 %. Les villes de La Tuque, Shawinigan et Trois-Rivières se classent pour leur part parmi les plus abordables de la province.

Saint-Alexis-des-Monts, arrive donc devant Sainte-Anne-des-Lacs, dans les Laurentides, et le Plateau-Mont-Royal, à Montréal. Le prix médian dans ces deux secteurs a augmenté de 26 %.

Selon le maire de Saint-Alexis-des-Monts, Michel Bourassa, l’augmentation des ventes de propriétés de luxe, notamment dans le secteur du lac Sacacomie, est ce qui explique cette hausse, puisque les ventes de propriétés dans le cœur du village n’ont pas augmenté de façon marquée.

«Avec le développement du lac Sacacomie et de certains lacs dans le secteur, il se bâtit des maisons à fort prix, jusqu’à un million $, explique-t-il. Tout ce qui se bâtit autour des lacs, c’est très cher. Ça fait que ça augmente la valeur du parc immobilier.»

M. Bourassa remarque également que, depuis qu’il est maire de la municipalité, la valeur des permis de construction et de rénovation ne fait qu’augmenter. «Chaque année, on se dit: impossible que ça augmente encore l’an prochain, indique-t-il. Mais ça continue, on s’est rendu à presque 12 millions $ l’an dernier et la tendance se maintient.»

Sans expliquer spécifiquement le cas de Saint-Alexis-des-Monts, la FCIQ indique que «les secteurs qui dominent (ce) palmarès sont principalement des secteurs de Montréal et de ses banlieues et des secteurs reconnus pour leur villégiature». Il est à noter que bien que le prix médian d’une résidence unifamiliale a le plus augmenté par rapport aux neuf autres secteurs au palmarès, il reste le moins élevé, à 134 000 $.

La Tuque et Shawinigan figurent parmi les villes les plus abordables au Québec pour l’achat d’une résidence unifamiliale.

Trois villes abordables

Trois villes de la Mauricie figurent également en tête de deux des catégories du palmarès de la FCIQ. La Tuque et Shawinigan arrivent respectivement en seconde et en quatrième place de la liste des secteurs les plus abordables pour l’achat de résidences unifamiliales. Le prix de vente médian d’une telle résidence était de 101 500 $ à La Tuque et de 115 000 $ à Shawinigan.

«À La Tuque, c’est très abordable, parce que la demande n’est pas forte, explique Hassan Chellah, président de la Chambre immobilière de la Mauricie (CIM). À Shawinigan, le marché est plus actif, mais ça va prendre des années avant que le prix médian augmente, selon moi. Le marché est encore un peu lent étant donné que ça ne fait pas encore beaucoup d’années depuis qu’il y a eu des investissements au niveau de l’emploi. Mais les ventes de propriétés augmentent.»

À titre de comparaison, les secteurs où le prix médian des résidences unifamiliales est le plus élevé sont Westmount (1,7 million $), Outremont (1,5 million $), Hampstead et la Ville de Mont-Royal (1,3 million $). La ville la plus abordable est, pour une troisième année consécutive, Thetford Mines, avec un prix médian de 100 000 $.

Trois-Rivières arrive pour sa part seconde au palmarès des secteurs les plus abordables pour la copropriété, avec un prix médian de 145 000 $. À l’instar de La Tuque et Shawinigan, M. Chellah souligne que ce classement s’explique par la faiblesse de la demande pour ce type de résidence. La ville pourrait toutefois avoir hérité de la première place, occupée par Saint-Jérôme (144 000 $), sans les ventes de condominiums à Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

«Ça vient beaucoup jouer, estime-t-il. Le condo moyen à Trois-Rivières a de la misère à se vendre, mais à Trois-Rivières sur Saint-Laurent, ça se vend beaucoup.»

Bon début d’année

Selon la FCIQ, 2018 a été une année record pour le nombre de transactions effectuées par le biais du système Centris utilisé par les courtiers immobiliers, avec 86 557 propriétés résidentielles vendues. La moitié des maisons unifamiliales s’y sont vendues à plus de 250 000 $, soit une hausse de 3 % par rapport à 2017. Il s’agit de la deuxième augmentation en importance depuis 2011.

L’année passée a également été bonne pour les courtiers immobiliers de la Mauricie, selon M. Chellah, et 2019 semble avoir démarré du bon pied. «Le marché va très bien dans la région, assure-t-il. On a fini 2018 en force et le début de 2019 est très fort aussi. On suit la tendance québécoise.»