Trois-Rivières à contre-courant

TROIS-RIVIÈRES — Alors que le taux annuel désaisonnalisé des mises en chantier s’est établi au pays à 188 683 unités en septembre, en baisse par rapport à 198 843 en août, Trois-Rivières est à contre-courant avec une hausse de ses constructions qui sont passées de 167 en août à 618 le mois dernier.

D’ailleurs, la valeur des permis de construction émis en septembre par la Ville de Trois-Rivières était de près de 70,5 millions de dollars contre 19,3 millions de dollars pour le mois correspondant en 2017. Un bond qui s’explique surtout par le permis relié à la construction du nouveau colisée, estimé à 48,7 millions de dollars. Depuis le début de l’année, on est toujours en avance par rapport aux neuf premiers mois de 2017, soit près de 270 millions de dollars contre moins de 226 millions de dollars.

«En septembre, la tendance nationale des mises en chantier d’habitations a touché son plus bas niveau en 19 mois, après avoir diminué durant quatre des cinq derniers mois. Le ralentissement du rythme de la construction résidentielle ces derniers mois résulte de la diminution de l’activité dans les segments des maisons individuelles et des logements collectifs. Il ramène les mises en chantier d’habitations plus près de leur moyenne à long terme, après les niveaux élevés d’activité enregistrés en 2017», a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL

Au Québec, le rythme des mises en chantier résidentielles a diminué au troisième trimestre. Cependant, le bilan des neuf premiers mois est légèrement en hausse par rapport à la même période en 2017, et ce, grâce à la vigueur du marché de la RMR de Montréal, où le nombre de nouveaux chantiers d’appartements locatifs demeure soutenu cette année.