Une centaine de personnes se sont déplacées pour l’événement de la CCIHSM.

Travaux d'Hydro-Québec à la Centrale Rapide-Blanc: la CCIHSM veut maximiser les retombées économiques à La Tuque

La Tuque — La Chambre de commerce et d’industrie du haut Saint-Maurice (CCIHSM) a tenu un événement portant sur la réfection de la Centrale Rapide-Blanc, mercredi. Cette activité a permis aux entreprises du territoire d’en apprendre davantage sur ce grand projet, mais également de pouvoir se faire valoir auprès des grandes entreprises qui pourraient avoir besoin de leurs services. Une centaine de personnes ont répondu à l’appel de la CCIHSM .

«C’est énormément d’argent qui va être investi dans les sept prochaines années sur le territoire. On veut capturer le maximum de retombées économiques de ces investissements majeurs là. On tient à ce que nos entreprises et nos commerces d’ici puissent en profiter», a indiqué Patrice Bergeron, président de la CCIHSM.

Rappelons qu’Hydro-Québec a annoncé récemment un investissement de 613 M$ pour la réhabilitation de la centrale Rapide-Blanc, en Mauricie. Les travaux, qui débuteront en 2020, permettront notamment de renouveler les six groupes turbines-alternateurs de la centrale. De plus, Hydro-Québec réhabilitera le bâtiment, les systèmes auxiliaires électriques et mécaniques ainsi que les vannes des prises d’eau, entre autres. On estime que les retombées économiques pourraient atteindre 80 M$ pour la région.

Hydro-Québec a présenté aux participants, majoritairement des membres de la CCIHSM, les détails et l’avancement de ce projet qui se terminera en 2026.

On a mentionné que certains travaux préalables avaient déjà été réalisés. On a également dévoilé ceux qui seront faits d’ici la fin de l’année, entre autres, les travaux de modification du système de traitement des eaux usées, la construction d’une installation de chantier temporaire et l’obtention des autorisations gouvernementales.

Quant aux principaux travaux, ils s’échelonneront de 2020 à 2026. On parle, entre autres, du remplacement des groupes turbines-alternateurs, de la réhabilitation des prises d’eau, des aspirateurs et travaux connexes incluant les batardeaux, construction d’un nouveau poste de distribution, de la réhabilitation du bâtiment de la centrale et du réaménagement du site.

Des contrats, il y en aura pour tous les types d’entrepreneurs, du contrat spécialisé pour le remplacement des groupes turbines-alternateurs jusqu’au contrat de conciergerie, en passant par le déneigement, la location de stationnement, le transport d’employés, équipement lourd, traiteurs, etc.

«Ça peut intéresser un large éventail d’entrepreneurs et c’est ce que l’on souhaite aujourd’hui», a souligné Dave Archambeault, chef des centrales du Haut Saint-Maurice pour Hydro-Québec.

Hydro-Québec porte également une attention particulière à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit.

«Effectivement, c’est un défi pour nous et pour les entrepreneurs d’où l’importance d’avoir une activité comme celle-là et d’aller chercher le maximum de personnes pour travailler sur le projet», souligne M. Archabault.

Ce dîner s’est terminé par une période de réseautage express, organisée entre les grands entrepreneurs actuels ou potentiels et les entreprises de la Haute-Mauricie.

«On avait senti l’intérêt des gens de La Tuque, mais c’est vraiment intéressant de voir la réponse aujourd’hui. On veut développer une relation gagnant-gagnant et on pense que ça peut amener beaucoup de vitalité économique à La Tuque et on veut que les gens puissent en profiter», a noté M. Archambeault.

Ces rencontres privées donnaient la chance aux membres de rencontrer en personne les grands donneurs d’ordres, ainsi que de proposer leurs produits et services.

«Notre but, c’était de voir les gens de la région et de les rencontrer. On va être ici pour 5 ou 6 ans et on va travailler avec ces gens-là pendant longtemps. C’est vraiment fantastique comme événement et je n’ai pas vu ça souvent. […] On a besoin de beaucoup de service, parce qu’on s’installe pour longtemps. On a pu échanger et se rendre compte de tout le potentiel de la région, quelque chose qu’on ne voyait pas nécessairement dans nos bureaux à Brossard», a commenté Dominic Langevin, ingénieur chez Voith Hydro, une entreprise qui a décroché le contrat de réhabilitation des groupes turbines-alternateurs.

La CCIHSM a même profité de cette activité pour lancer officiellement son nouveau répertoire des membres. Ce nouvel outil de travail a été mis au point pour faciliter les recherches de produits et services disponibles sur le territoire du Haut Saint-Maurice. Il sera distribué gratuitement en plus de 500 copies.

«On veut que l’information soit diffusée. On ne veut pas se faire dire à la fin qu’ils ne savaient pas qu’il y avait ça à La Tuque. Là, ils sont informés. On est là aussi pour eux et les mettre en relation avec nos gens d’affaires. […] il va y avoir aussi la version électronique sur notre site web et plusieurs de nos partenaires vont également le diffuser», a indiqué M. Bergeron.

La Chambre martèle qu’elle travaille conjointement avec Hydro-Québec afin de maximiser les retombées économiques locales et de faciliter les liens avec les membres.

«Nous continuerons de suivre de près ces importants travaux qui seront réalisés sur le territoire, car les investissements annoncés d’Hydro-Québec dans la réfection de ses barrages s’échelonnant sur plusieurs années constituent une occasion unique de créer des activités économiques importantes pour nos membres», a souligné M. Bergeron.

Une page web a été créée par la Société d’État pour suivre tous les développements du projet de Rapide-Blanc au https://www.hydroquebec.com/projets/rapide-blanc/.