TGF: les chambres de commerce sont encouragées

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummondville (CCID) estiment encourageants la position favorable du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, envers le projet de train grande fréquence (TGF) de VIA Rail reliant Québec à Windsor, en passant par Trois-Rivières.

Pour la FCCQ, le Québec ne peut se passer des deux projets d’envergures que sont le TGF et le Réseau électrique métropolitain (REM) de CDPQ Infra, dans le Grand Montréal.

Dans le mémoire pré-budgétaire 2018 qu’elle a déposé auprès du gouvernement fédéral, la FCCQ insiste sur le fait que ce projet d’importance, en plus de favoriser une connexion plus rapide entre les villes, permettrait d’augmenter les gains de productivité pour les employés qui se déplacent régulièrement entre les principales villes, notamment entre Montréal et Québec. Le projet bénéficie de l’appui conjoint des élus et des communautés d’affaires des deux côtés du fleuve.

Aussi, la FCCQ, la CCIQ, la CCI3R et la CCID demandent un engagement concret lors du budget printanier du gouvernement fédéral afin que les sommes nécessaires soient allouées à la réalisation de ce projet important reliant Québec et Windsor.

«La FCCQ est d’avis que ce projet s’inscrit dans les infrastructures stratégiques qui doivent recevoir l’appui financier du gouvernement fédéral, compte tenu de son impact sur le développement économique et la mobilité durable», a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

Pour la présidente et chef de la direction de la CCIQ, Julie Bédard, «il s’agit d’un signal positif pour la communauté d’affaires de Québec». «Le projet de TGF permettra d’accroître l’accessibilité à la capitale et de faciliter la mobilité des gens d’affaires, deux facteurs essentiels pour assurer la croissance de nos entreprises et la prospérité de notre région», a-t-elle ajouté.

«De voir que le gouvernement fédéral est favorable à notre projet est très réjouissant. Malgré le fait que nous avons toujours pu compter sur l’appui indéfectible de François-Philippe Champagne, c’est une prise de position attendue depuis longtemps par tous les intervenants de notre communauté d’affaires. J’ai confiance que l’équipe de M. Trudeau appuie nos démarches et qu’une décision finale soit prise lors du prochain budget fédéral», a fait savoir la présidente de la CCI3R, Amélie St-Pierre.

Celle-ci a rappelé que la chambre trifluvienne plaide en faveur du TGF depuis plus de 30 ans et que la viabilité du projet a été démontrée à maintes reprises. «Le temps est venu de le mettre officiellement sur les rails», affirme-t-elle.

Le projet de TGF, qui vise à mettre en place une ligne express dédiée au transport de passagers sur la rive nord du Saint-Laurent, permettra également de bonifier le nombre de trajets quotidiens sur la rive sud.

«Cette bonification passera par la mise en place d’un hub à Drummondville qui permettra de développer davantage le transport intercités à partir de Drummondville en direction de Montréal et de Québec. Avec cet appui de taille du premier ministre Trudeau au projet de TGF, nous souhaitons, avec les autres intervenants de la région et de la rive sud du Saint-Laurent, nous préparer dès maintenant à la réalisation du projet et à ses impacts sur le développement de nos communautés», a déclaré Nicolas Martel, président de la CCID.

Finalement, la FCCQ prône une convergence entre le projet de TGF et le Réseau électrique métropolitain (REM) de CDPQ Infra qui a aussi bénéficié d’un investissement du gouvernement fédéral en raison de ses retombées pour le développement économique et la mobilité durable.

«Un scénario idéal serait que VIA Rail et CDPQ Infra s’entendent afin de trouver une solution commune qui permettra d’assurer la collaboration entre les deux projets et la fluidité des déplacements», a conclu Stéphane Forget.