Testez vos connaissances en consommation

Idée reçue: le consommateur est aujourd’hui mieux informé et par conséquent plus exigeant qu’autrefois. On le dit aussi plus averti et rompu aux règles du commerce grâce à l’accès accru à une grande diversité de sources de renseignements (revues et émissions spécialisées, médias sociaux, Internet, etc.).

Informé et exigeant, sans doute, le consommateur sait qu’il a des droits. Lesquels? Là ça peut parfois se gâter un tout petit peu. Les consommateurs peinent parfois à avoir une idée précise de leurs droits, recours et obligations en cas de problème ou de situation conflictuelle. À leur décharge, il faut reconnaître qu’ils évoluent dans un environnement caractérisé par la complexification sans cesse grandissante des biens et services qui leurs sont offerts ainsi que des modes de mise en marché des entreprises.

Mettez-vous à l’épreuve en testant vos compétences en consommation.

1- La garantie légale énoncée par la Loi sur la protection du consommateur (LPC) prévoit que tous les biens offerts en vente aux consommateurs comportent une garantie de durabilité minimale de 12 mois.

2- Le manufacturier et/ou le commerçant détaillant peuvent se libérer de leurs obligations eu égard à la garantie légale prévue à la LPC en concluant avec le consommateur un contrat de garantie supplémentaire.

3- Les consommateurs qui font des achats par Internet auprès de commerçants situés à l’extérieur du Québec peuvent bénéficier de protections prévues à la LPC.

4- Dans le cadre d’un contrat de financement d’une automobile, la LPC stipule qu’en cas de défaut de paiement du consommateur, ce dernier pourrait se voir exiger le paiement immédiat du total des mensualités à écouler jusqu’à la fin du contrat.

5- En vertu de la LPC, un commerçant qui annonce un article en solde est tenu de rembourser au consommateur qui le demande, l’écart entre le prix payé antérieurement par ce dernier et le prix du solde lorsque moins de dix jours se sont écoulés entre l’achat et la date du début du solde.

6- Selon la LPC, il est interdit à un commerçant exploitant un centre de conditionnement physique de percevoir le paiement d’un abonnement en un seul versement.

7- En vertu des dispositions de la LPC, le commerçant partie à un contrat de service de déneigement ne peut demander un acompte avant le début de l’exécution des services décrits au contrat.

8- Tout véhicule automobile d’occasion vendu à un consommateur par un commerçant titulaire d’une licence de commerçant est sujet à une garantie spécifiquement déterminée par la LPC et couvrant l’ensemble du véhicule pour une durée ne pouvant être moindre que 30 jours.

9- Tout bien considéré, vous décidez de vous prévaloir du droit d’annuler dans les 10 jours, le contrat de vente itinérante conclu pour l’achat d’un appareil de chauffage. Malgré que vous ayez consenti à son installation dès le lendemain de la signature du contrat, vous n’avez pas à assumer les coûts liés aux frais d’enlèvement de l’équipement et de remise en état de votre propriété.

Réponses:

1- F, 2- F, 3- V, 4- V, 5- F, 6- V, 7- F, 8- F, 9- F

Gary Frost est directeur des services aux clientèles à l’Office de la protection du consommateur