Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice–Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Éric Girard, ministre des Finances et ministre de l’Économie et de l’Innovation, Samuel Bruneau, PDG et cofondateur de Taiga Motors, Michel Angers, maire de Shawinigan, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie et Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice.
François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice–Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Éric Girard, ministre des Finances et ministre de l’Économie et de l’Innovation, Samuel Bruneau, PDG et cofondateur de Taiga Motors, Michel Angers, maire de Shawinigan, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie et Marie-Louise Tardif, députée de Laviolette–Saint-Maurice.

Taiga Motors construira son usine au Technoparc de l’Énergie à Shawinigan

Charles-Antoine Boulanger
Charles-Antoine Boulanger
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La construction de l’usine de Taiga Motors ira de l’avant sur un terrain de la rue Burrill à Shawinigan. Pour mener à terme son projet, l’entreprise spécialisée dans la fabrication de véhicules récréatifs électriques obtient, sous forme de prêts, 30 M$ du gouvernement du Québec et 10 M$ du gouvernement du Canada. L’initiative évaluée à 125 M$ permettra la création de plus de 300 emplois. Le chantier devrait débuter d’ici les deux prochains mois et se terminer en 2022.

Il y a environ quatre ans, le PDG et cofondateur de Taiga, Samuel Bruneau testait avec ses partenaires le prototype sur le terrain qui accueillera l’usine. «C’est sur ce champ même qu’on venait tester la première motoneige électrique», explique-t-il. À ce moment, affrontant les grands froids de l’hiver, lui et son équipe étaient loin de se douter que quelque chose de plus grand attendait ce site.

L’aventure de Taiga a débuté au Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan en 2015. Depuis, l’entreprise a considérablement évolué. Le pari est réussi selon le maire de Shawinigan, Michel Angers. 

«Et si le Centre d’entrepreneuriat à Shawinigan n’avait servi qu’à une seule chose, et ce n’est pas le cas [...] de faire en sorte que ces jeunes-là puissent revenir chez nous et développer Taiga Motors, ça en aurait valu la peine [...]», souligne-t-il. 

Une usine à la fine pointe de la technologie

Au dire de M. Bruneau, il s’agira de l’«usine de fabrication de véhicules récréatifs électriques la plus avancée au monde». Celui-ci explique que la manufacture ne servira pas uniquement à l’assemblage, plusieurs activités seront regroupées sous un même toit. On peut penser au montage de bloc-batteries, et ce de façon automatisée.

Au maximum de sa capacité, chaque année, le site de Shawinigan produira 80 000 unités motorisées électriques, ce qui représente environ 180 véhicules par jour. Les ambitions de Taiga ne s’arrêtent pas là. La firme espère poursuivre son expansion et fabriquer un jour plusieurs centaines de milliers de véhicules annuellement.

Les motomarines et motoneiges de Taiga sont conçues de A à Z par l’entreprise. Les véhicules intégreront tous la même batterie et le même moteur. La conception à plateforme modulaire permet de réduire les coûts de production. 

«C’est une usine du 21e siècle. Une usine également qui est non polluante, non bruyante [...]», indique le maire Angers. 

Une annonce «historique»

François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice–Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie parle d’une annonce «historique» pour la région.  «On assiste à la naissance vraiment d’un leader mondial dans la construction de véhicules électriques [...]. C’est l’annonce dont Shawinigan avait besoin», lance ce dernier. 

La venue de l’entreprise conforte la position de Shawinigan comme pôle stratégique dans l’électrification des transports. «Toutes les villes du Québec, du Canada et probablement de l’Amérique du Nord auraient souhaité voir Taiga Motors s’installer dans leur ville», insiste le maire de Shawinigan.

«L’engouement pour les véhicules électriques est en forte croissance à l’échelle mondiale. Les Moteurs Taiga, qui se spécialisent dans les véhicules récréatifs, ont tout ce qu’il faut pour se positionner avantageusement sur ce marché. En construisant une nouvelle usine dans la région de la Mauricie, l’entreprise pourra bénéficier d’un environnement d’affaires stimulant et d’une main-d’œuvre qualifiée pour poursuivre sa croissance», affirme pour sa part Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Un emplacement qui suscite la grogne

Rappelons que l’emplacement de la future usine de Taiga suscite le mécontentement de certains citoyens. Jusqu’à maintenant, le terrain était utilisé pour l’agriculture. Des citoyens sont inquiets de la perte de terres agricoles tandis que d’autres sont préoccupés par l’impact sur le milieu.

Une pétition initiée par une résidente de Saint-Gérard-des-Laurentides circule actuellement sur Internet. Au moment d’écrire ces lignes, elle comptait 238 signataires.

Jacques Pleau est l’un de ceux qui ont signé la pétition. Il dit être inquiet des conséquences sur les gens qui vivent aux alentours. «Moi, comme individu, ça me préoccupe beaucoup qu’on n'en [sache] pas plus long», confie-t-il. «Je suis pour, disons, la venue de Taiga comme plusieurs citoyens le sont, mais pas de la façon que les citoyens ont été sensibilisés. Je pense qu’il y a du travail à faire.»

Le choix de s’établir au Technoparc de l’énergie a été fait en raison de la proximité du site avec les services et sous-traitants. De plus, il s’agit d’une zone industrielle prête pour la construction. 

Taiga est au fait de ce mouvement de contestation et dit travailler activement sur le dossier. Pour diminuer les conséquences sur les espaces résidentiels à proximité, une zone tampon sera aménagée. La solution est avant tout visuelle. Selon M. Bruneau, on parle d’une rangée d’arbres et de buissons.