Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Deux maisons flottantes se trouvent à la marina de Trois-Rivières et deux autres sont situées à celle de Québec.
Deux maisons flottantes se trouvent à la marina de Trois-Rivières et deux autres sont situées à celle de Québec.

Studio Hébergements Flottants: comme à l’hôtel... mais sur l’eau

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Ce ne sont pas les possibilités qui manquent sur le plan de l’hébergement: hôtels, chalets, campings, retraites en nature, etc. Et cet été, il sera même possible de louer une maison... sur l’eau, à deux pas du centre-ville de Trois-Rivières et de Québec.

Pour Yves Neault, c’est un rêve qui remonte à 2017 qui est sur le point de se concrétiser.

«J’ai toujours été un amateur de navigation. J’avais un voilier, à l’époque, dans lequel j’ai vu grandir mes deux enfants, Alex et Vincent. Toutes les fins de semaine, on allait au lac Champlain. Un jour, j’ai décidé de le ramener, mais j’aimais toujours aller là pour vivre à bord. Alors je me suis demandé comment je pourrais faire profiter les gens de cette expérience, sans qu’ils aient un bateau à eux. À l’époque, on parlait beaucoup des mini maisons et de maisons flottantes en Europe, aux États-Unis et ailleurs au Canada», résume M. Neault, qui travaille pour le réseau des Coops de l’information, dont Le Nouvelliste fait partie.

Après avoir fait ses recherches, le passionné de navigation dit ne pas avoir trouvé de méthode de construction de telles maisons flottantes adaptée au climat québécois. Il a passé plusieurs années à trouver une façon de les construire pour qu’elles supportent l’hiver.

«Il y a eu beaucoup d’étapes pour mettre le projet en activité. À partir du moment où j’ai trouvé un modèle intéressant, j’ai regardé comment être capable de le mettre à l’eau et de l’en sortir sans que ce soit compliqué», explique M. Neault.

Ce dernier indique avoir fait plusieurs tests en invitant des personnes à essayer cette formule originale d’hébergement. Il comptait ouvrir officiellement son projet, Studio Hébergements Flottants, au public au printemps 2020, mais la pandémie l’a forcé à reporter l’ouverture. Le tout devrait toutefois se concrétiser en juin. Pour l’instant, deux maisons flottantes se trouvent au Yacht Club de Trois-Rivières, près de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, et deux autres sont à la marina du port de Québec. Une cinquième sera installée au parc de l’île Melville, à Shawinigan.

Chaque maison est dotée de panneaux solaires, pour les équipements fonctionnant sur une prise de 12 volts. Elles sont dotées d’équipements de climatisation et de chauffage (alimentés par 110 volts), et la cuisinière fonctionne au gaz propane. Elles sont également équipées d’un système de récupération des eaux usées. Quant à l’aménagement intérieur, il est plutôt luxueux.

Une nuit dans l’une de ces maisons coûte au minimum 259 $, un prix raisonnable, selon M. Neault, qui tenait à offrir cet hébergement original à un prix raisonnable, afin que le plus grand nombre de personnes possible puisse en profiter.

«J’aime beaucoup dire que ce sont des maisons flottantes haut de gamme, mais accessibles, c’était mon objectif dès le départ. C’est vraiment parti d’une passion, d’un rêve, et je voulais faire en sorte qu’un maximum de gens puisse vivre cette expérience», souligne M. Neault.

Quant aux sites auxquels se trouvent les quatre maisons flottantes, ils ont été choisis pour leur décor en nature, tout en étant situés près des services et des attractions urbaines.

«Je voulais que ça convienne aussi à des gens qui veulent aller au restaurant ou voir un spectacle. L’objectif est, oui, l’hébergement, mais je voulais aussi qu’il y ait des activités intéressantes à faire», indique M. Neault.

Même si les maisons flottantes ne sont disponibles qu’à partir de juin, les réservations vont déjà bon train sur le site de Studio Hébergements Flottants. Les structures sont conçues pour héberger quatre personnes, mais elles permettent d’accueillir davantage de gens. Évidemment, cette seconde option est déconseillée, si ces invités viennent d’une autre bulle familiale, en raison de la pandémie. M. Neault indique par ailleurs qu’une procédure de désinfection a été préparée pour respecter les mesures sanitaires.

Il est à noter que des offres d’hébergement sur l’eau existent déjà au Québec. Dans la région, Aux berges du lac Castor, à Saint-Paulin, s’est doté d’un chalet flottant, il y a déjà quelques années. Celui-ci est également équipé d’un poêle au gaz et d’un panneau solaire. La douche et les toilettes sont toutefois situées sur la terre ferme, dans un bloc sanitaire.