Le directeur général d’ISEQ, Earl Laurie, en compagnie de la directrice régionale du pôle d’excellence ISEQ en Mauricie et Centre-du-Québec, Johanne Caron, ainsi que directeur général du C2T3, Jean-François Viens.

Soutenir les entreprises de l’électronique

Trois-Rivières — Regroupant des entreprises de l’électronique de même que des institutions de recherche et d’enseignement, l’organisme ISEQ (Industrie des systèmes électroniques du Québec) a ouvert sa troisième antenne régionale à Trois-Rivières. Situé dans le technoparc de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, l’ISEQ réunit les acteurs de l’électronique et les accompagne dans la réalisation de leurs projets.

Les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec regroupent plusieurs entreprises en électronique. Elles sont même qualifiées par l’ISEQ de régions-clés dans le développement des systèmes électroniques du Québec. D’ailleurs, une soixantaine de dirigeants d’entreprises et de centres d’expertise ou de recherche étaient présents mercredi lors de l’inauguration des opérations de l’antenne régionale du pôle d’excellence qu’est l’ISEQ.

«Ce que peu de gens savent, c’est qu’en Mauricie et particulièrement à Shawinigan, l’électronique est une industrie importante. On a des entreprises comme Kongsberg Automotive, HDI Technologies, Synapse Électronique ou encore AddÉnergie. Je pourrais en nommer plusieurs qui sont tous des acteurs de l’électronique», affirme la directrice de l’antenne régionale de l’ISEQ, Johanne Caron. «Ces entreprises avaient envie de sortir de la région et de mieux réseauter avec les autres. Nous avons une industrie importante, mais malheureusement, comme c’est des silos et chacun œuvre dans son domaine, on ne ressent pas l’importance de l’électronique dans son ensemble comme d’autres industries comme le jeu vidéo où c’est clairement défini.»

Au Québec, pas moins de 735 entreprises œuvrent dans l’industrie de l’électronique et emploient 41 000 travailleurs. Cela représente des retombées économiques d’environ 11 milliards de dollars.

L’antenne régionale d’ISEQ permet notamment d’accompagner les entreprises de l’électronique dans la réalisation de leurs projets. «Nous sommes les facilitateurs pour les aider à bien réussir leur projet de financement et d’innovations», note Johanne Caron. «Les gens qui ont des questions ou tentent de joindre quelqu’un doivent me contacter. Mon rôle est de contacter les bonnes personnes pour rapidement les aider.»

Cet accompagnement de l’ISEQ peut aller encore plus loin en réunissant les différents intervenants économiques lors de la période de financement d’un projet d’une entreprise. «Une entreprise qui m’appelle pour un projet, je regroupe autour de la table l’ensemble des acteurs. Au lieu de faire huit ou dix rencontres, l’entreprise pourra présenter son projet à tout le monde en même temps», ajoute Johanne Caron.

Des représentants d’entreprises et de groupes de recherches de plusieurs régions du Québec étaient présents mercredi lors du lancement des activités de l’antenne régionale située à Trois-Rivières. Cela démontre, selon Earl Laurie, directeur général de l’ISEQ, que les acteurs de l’industrie de l’électronique souhaitent tisser des liens. «Nous sommes vraiment dans la bonne voie pour une collaboration provinciale», estime M. Laurie. «Il n’existe aucune autre association comme nous au Canada. On retrouve 1200 entreprises en électronique au Canada et 735 sont au Québec, alors que l’Ontario en compte environ 500. On devient d’une certaine façon la porte d’entrée de l’électronique au Canada.»

De plus, le pôle d’excellence d’ISEQ va tenir plusieurs activités tant régionales que provinciales destinées aux entreprises de l’électronique. Des formations et des événements de réseautage seront proposés aux membres afin de favoriser le développement de partenariats et de liens d’affaires. ISEQ est financé à la fois par des fonds publics et les cotisations des entreprises membres.