Michael Martineau et Marc-André Ayotte, les propriétaires de La Pécheresse, Réjean Parent et Claude Gagnon, du Club Moto-Neige La Tuque, François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice – Champlain et ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Sylvie Langlais et Denys Duchesne, propriétaires de Pro-Mec élite et Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque.

«Si on veut être un chef de file, il faut continuer d’investir»

LA TUQUE — Les entreprises Pro-Mec Élite et la Microbrasserie La Pécheresse, ainsi que le Club Moto-Neige La Tuque pourront mener à bien leurs projets en bénéficiant de contributions remboursables et non remboursables totalisant 812 888 dollars de la part de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Ce financement a été annoncé, vendredi, par le député de Saint-Maurice-Champlain et ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne.

Avec cet argent, l’entreprise Pro-Mec Élite inc. pourra soutenir sa croissance par l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie. On parle notamment d’une table de découpe, un équipement de coupe de profilés au plasma avec bras robotisé et une presse-plieuse numérique dix axes. La réalisation de ce projet devrait permettre de créer huit emplois.

«Si on veut être un chef de file, il faut continuer d’investir. Il faut regarder en avant […] On a une machine qui équivaut à environ dix hommes de plus dans ton industrie. Ça fait plusieurs années que je dis qu’on pourrait être 50 ou 75 employés, alors on tente de trouver le moyen de pallier le manque de main-d’œuvre», souligne Denys Duchesne, président de Pro-Mec élite.

«L’entreprise est encore en plein essor», ajoute-t-il.

Il faut dire que l’entreprise Pro-Mec élite a le vent dans les voiles et son carnet de commandes est bien rempli. On vient tout juste de finir un important contrat pour la réalisation du pont Champlain.

«On a fait dix kilomètres de passerelle qui vont à l’intérieur du pont. Ce sont des passerelles que vous ne voyez pas. Elles servent à faire l’inspection sous le pont. Pour notre part, ç’a été un succès sur toute la ligne», insiste Denys Duchesne.

«On travaille aussi sur le REM (Réseau express métropolitain), on a presque déjà 1,3 million de dollars en contrat», poursuit-il.

On se souviendra que l’entreprise avait également participé à l’illumination du pont Jacques-Cartier.

«On a fait 3000 supports pour soutenir 10 000 lumières. Ça nous a fait rayonner et ça nous a ouvert des portes», assure M. Duchesne.

Ils planchent également sur un projet d’agrandissement pour l’entreprise latuquoise qui commence à être à l’étroit dans ses locaux. On veut avoir des espaces plus grands et plus sécuritaires.

«On travaille tellement fort pour trouver notre monde qu’on veut les garder et on ne veut pas qu’ils se blessent», assure Denys Duchesne.

Quant au Club Moto-Neige La Tuque inc., il pourra acquérir un nouvel équipement de surfaçage destiné à l’entretien des sentiers.

«Ça va nous aider grandement. On a une surfaceuse, on l’appelle la vieille, qui date de 1998. On peut dire que ce n’est pas une Cadillac. Avec la nouvelle, on va être encore à cinq machines, mais elles sont beaucoup plus performantes aujourd’hui et elles sont dotées de technologies supérieures et de confort», a indiqué Claude Gagnon, président du Club qui célébrera son 50e anniversaire cette année. La réalisation de ces projets générera des investissements totaux de près de 2,5 M$ ainsi que la création de 10 emplois, en plus de diversifier l’activité économique de La Tuque. «En investissant dans des entreprises et des organismes comme ceux-ci pour les rendre plus performants, nous contribuons à rendre nos régions plus prospères», a commenté le député François-Philippe Champagne.