Le nouveau président de l'OTFC de Shawinigan, Luc Désaulniers, en compagnie du maire de Shawinigan, Michel Angers, lors d'une conférence d'information pour le Festi-Beach en 2014.

Shawinigan: Michel Matteau cède sa place à l'OTFC

Après avoir assaini le climat au conseil d'administration tout donnant une orientation claire à l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan, le président, Michel Matteau, décide de passer le flambeau.
En séance régulière mardi soir, le conseil municipal a désigné Luc Désaulniers à sa succession. Le maire, Michel Angers, avait sollicité sa contribution quelques heures à peine auparavant.
M. Désaulniers est impliqué dans le milieu touristique depuis plusieurs années. Il a travaillé dans ce domaine pour la Conférence régionale des élus pendant dix ans et il a siégé pendant cinq ans au conseil d'administration du Festi-Beach. Il agit actuellement à titre de directeur aux 12 heures d'endurance de La Tuque. Il occupe aussi un poste de directeur au Club Optimiste de Shawinigan-Sud. Il est également impliqué dans le mini-basket dans les écoles primaires. Sur le plan professionnel, il travaille actuellement pour la Corporation de développement durable du Haut-Saint-Maurice.
M. Désaulniers doit rencontrer sa directrice générale, Valérie Lalbin, mardi matin. Son premier conseil d'administration n'est pas prévu avant février.
«Nous avons un potentiel qui reste à développer et à consolider», analyse le nouveau président. «Si on veut avoir du tourisme qui reste à Shawinigan, il faut aussi regarder ce qui se fait dans les MRC voisines. Avec tout ce qui se passe en entrepreneuriat, nous avons la capacité de développer de belles choses.»
Début tumultueux
Le passage de Michel Matteau à la tête de l'OTFC n'est pas passé inaperçu. Nommé par le conseil municipal en octobre 2013, il est débarqué en pleine tourmente. 
À ce moment, Monique Rossignol et Yvon Proteau venaient de démissionner, dans la foulée de la controverse au sujet de l'avenir du Bureau d'accueil touristique du secteur Grand-Mère, où un nouveau poste d'essence a été inauguré la semaine dernière.
Le déménagement des bureaux de l'organisme dans l'ancien Resto Pub 57 divisait également le conseil d'administration à ce moment. Enfin, Sylvia Bouchard, responsable du développement des congrès, venait de quitter.
Rapidement, le couvercle avait été mis sur la marmite au sujet du déménagement de l'OTFC, qui occupe finalement toujours les mêmes bureaux sur la 5e Rue de la Pointe trois ans plus tard.
Le début du mandat a aussi été marqué par les démissions de Marie-Louise Tardif et Sonia Tremblay, respectivement directrice générale du Parc de l'Île-Melville et propriétaire de l'Auberge Gouverneur de Shawinigan. Au fil des mois, le bouillant directeur général de la Cité de l'énergie, Robert Trudel, avait intégré le conseil d'administration, avant d'être placé sur la voie d'évitement. 
Mme Lalbin s'est retrouvée avec une cible dans le dos à quelques reprises. Elle a dû encaisser des attaques particulièrement sournoises, mais son président l'a toujours appuyé. Au cours des derniers mois, l'OTFC a pu mettre ses nouvelles stratégies de l'avant dans l'harmonie.
M. Matteau n'a pu être joint pour commenter la décision de se retirer. Le maire de Shawinigan, Michel Angers, salue sa contribution. Il a fait un bon bout de chemin», commente-t-il. «Il passe beaucoup de temps à l'extérieur du pays pour de l'aide humanitaire. Ça le rendait inconfortable de (continuellement) partir et revenir.»
«Nous sommes extrêmement heureux du travail qu'il a fait», ajoute-t-il. «Michel Matteau a été un excellent mobilisateur pour l'équipe. Il a des connaissances assez intéressantes dans le milieu du tourisme. Sa force a été sa capacité à mobiliser les gens, le conseil d'administration. Il y a eu quelques tempêtes à travers tout ça, mais il a été un bon capitaine de bateau. Tout s'est calmé, tout va bien aujourd'hui. On va lui donner le crédit du fait que tout est redevenu à la normale et que les intervenants travaillent ensemble.»
M. Matteau était arrivé à la présidence pour prendre le relais de Jean-Pierre Hogue, qui avait dû quitter pour des raisons de santé en juillet 2013. En principe, M. Désaulniers complète le mandat, qui se termine en avril. Il semble toutefois intéressé à prolonger l'expérience, si telle est la volonté du conseil d'administration à ce moment.