La Communauté entrepreneuriale du Haut-Saint-Maurice dévoilait mardi son plan d’action 2018-2021. Étaient présents, depuis la gauche: Béatrice Roy-Prince, conseillère en développement et communications à la SADC du Haut Saint-Maurice, Karine Rochette, directrice de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice, Hélène Langlais, directrice des communications à la Ville de La Tuque, Karine Pérusse, directrice du Carrefour emploi Haut-Saint-Maurice, Danielle Rémillard, directrice de la SDÉF de La Tuque, Gaëlle Petrod, organisatrice communautaire au Centre d’amitié autochtone de La Tuque, Constant Awashish, Grand chef de la nation Atikamekw, Leslie Aubin, agente de projets entrepreneuriat-bénévolat, Charlene Bolger, organisatrice communautaire au CIUSSS-MCQ, Tommy Déziel, directeur de la SADC du Haut St-Maurice, Julie Noël, conseillère au développement économique à la SDÉF de La Tuque, Josée Duchemin, responsable des communications à l’école forestière de La Tuque et Stéphanie Basile-Guillemette, agente de développement économique et social au Conseil de la nation Atikamekw.

Se concerter pour entreprendre

LA TUQUE — Passer du désir à l’acte d’entreprendre, malgré un contexte de plein emploi. Voilà le défi qui ressort de l’étude qui a servi à l’élaboration du plan d’action 2018-2021, présenté mardi par la Communauté entrepreneuriale du Haut-Saint-Maurice, à l’occasion d’un déjeuner réunissant une soixantaine d’intervenants du milieu.

Réalisé grâce au soutien financier du Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, le plan d’action touche le milieu scolaire et familial et les secteurs sociocommunautaires et économiques.

«On s’est rendu compte qu’on est très bon dans la promotion de l’entrepreneuriat, mais quand on regarde nos indicateurs par rapport à la création d’entreprises ou de la relève, on a des croûtes à manger», relate Julie Noël, conseillère au développement économique au Service de développement économique et forestier de La Tuque.

C’est précisément avec l’objectif de pallier ce décalage entre l’intention et le démarrage que les intervenants du milieu ont été mobilisés, indique-t-on. Mme Noël explique que les acteurs des secteurs économiques et communautaires ont ainsi été mis à contribution pour l’élaboration du plan d’action 2018-2021. «Dans le Haut-Saint-Maurice, on a des assistances records à nos événements», se félicite-t-elle.

L’«obstacle» du plein emploi

«Dans un contexte de plein emploi, on n’a plus l’entrepreneuriat de survie de jadis. “Je me pars en affaires parce que je n’ai pas de job”, ça n’existe plus ça», illustre Julie Noël. C’est pour prendre l’enjeu de front que le plan d’action vise non seulement à accompagner les entrepreneurs, mais à susciter le désir d’entreprendre.

Tommy Déziel, directeur général de la SADC du Haut-Saint-Maurice, explique que dans une ville industrielle comme La Tuque, la culture entrepreneuriale est à développer. L’enjeu de la relève est tout aussi important que celui du démarrage, soutient-il. «Quand les dirigeants partent à la retraite, ça en prend qui lèvent la main pour reprendre la direction de l’entreprise», fait-il valoir.

Le plan d’action se déploie en quatre axes. Le premier de ceux-ci, celui de la culture entrepreneuriale, couvrant la période d’avril 2018 à mars 2019, s’articulait surtout autour d’un portrait du territoire, de l’élaboration du plan d’action et de la mise en place d’outils de communication. Les trois derniers, ceux de l’intention d’entreprendre, du démarrage d’entreprise et de la survie et croissance, se déploieront au cours des deux prochaines années et prévoient le développement d’outils et d’actions concrètes pour réaliser les objectifs.

En plus des activités de communication, il est notamment question de rendez-vous d’emploi, de Startup Weekend, d’Expo entrepreneur, de déjeuner d’affaires et d’autres activités de réseautage.

Les premières nations ne sont pas en reste puisque des outils leur étant spécifiquement dédiés sont au programme. Le bénévolat fait également partie de l’équation, on parle entre autres de la mise en place du portail jebenevole.ca.

La communauté entrepreneuriale du Haut-Saint-Maurice regroupe divers intervenants du milieu, soucieux de la promotion de la culture entrepreneuriale sur son territoire.